Jump to content
Le forum de l'OFPN

L'observatoire

  • entries
    327
  • comments
    617
  • views
    28,557

Le concept de simplexité par A.Berthoz


DominiqueC

3,592 views

Alain Berthoz, membre de l'Académie des sciences, professeur au Collège de France où il est directeur adjoint du Laboratoire de physiologie de la perception et de l'action aborde la question de ce concept dont il est à l'origine : la simplexité.

Le journal du CNRS a réalisé un entretien avec le chercheur :

Dans cet essai issu de vos travaux sur la perception et l'action, vous dites y « oser une théorie de la simplexité » : en quoi consiste ce nouveau concept ?

Il faut distinguer simplexité et simplicité. Dans toutes les activités humaines,

scientifiques ou sociales, nous sommes à la fois émerveillés et écrasés par la complexité. D'où l'élaboration de « théories de la complexité » – et de multiples tentatives pour simplifier qui conduisent, autant dans l'étude du vivant que dans celle de la vie sociale, à une caricature. Or la biologie, la physiologie, et les neurosciences ont établi l'existence de processus élégants, rapides, efficaces pour l'interaction du vivant avec le monde. Ces processus ne sont pas « simples » mais élaborent des « solutions », des comportements rapides, fiables, qui tiennent compte de l'expérience passée et qui anticipent sur les conséquences futures de l'action. Ils sont simplexes, comme le fil d'Ariane. Ces solutions exigent parfois un « détour » – elles ont un prix –, mais donnent l'apparence d'une grande facilité. J'ai esquissé à partir d'un terme utilisé dans d'autres contextes comme la géologie, les mathématiques, le design ou l'ingénierie, une « théorie de la simplexité » afin de rendre compte de ce qui est, à mon avis, l'une des propriétés les plus originales du vivant.

Quelques exemples de ces processus simplexes?

Ils existent à différents niveaux de l'organisation du vivant. Par exemple, le très petit nombre de « motifs » qui sont utilisés dans les constructions moléculaires de protéines, la sélection et le filtrage neuronal par l'attention, ou encore les « lois de minimum d'énergie » utilisées par le cerveau pour contrôler muscles et articulations dans le comportement moteur.simplexite.jpg style="margin: 4px 10px 6px 4px; box-shadow: 1px 1px 10px #555">On retrouve ces processus simplexes dans les fonctions cognitives les plus élevées : la spécialisation des systèmes de mémoires et la multiplication des mécanismes neuronaux dans le traitement de l'espace (imaginer ou se rappeler un trajet), le rôle de l'inhibition, la relation entre raison et émotion. Et, à un niveau symbolique et culturel, le rôle du geste comme solution simplexe (et non simple) pour communiquer des sentiments par exemple. Ce livre porte, aussi, sur la question de l'Umwelt, le fait que chaque espèce ne vit que dans « son » monde. Or, l'originalité du cerveau humain est d'être un créateur de mondes. Les « détours » des processus simplexes correspondent aussi à cette inventivité du cerveau et de l'esprit humain, aux frontières de ce que les neuropsychologues appellent la « pensée magique » qui crée des mondes « possibles ». C'est pourquoi ce livre se termine par un bouquet d'extensions du concept à des domaines aussi divers que l'utilisation du dessin par les écrivains, la configuration d'un coin de rue, l'inclinaison d'un toit ou la géométrie d'un jardin.

Vous semblez avoir voulu avec l'élaboration de ce concept répondre à une interrogation inquiète de l'homme face à son monde ?

Oui, nous sortons d'un siècle dominé par le verbe et la norme où a triomphé l'esprit de géométrie contre l'esprit de finesse et qui a oublié, au profit d'une raison désincarnée, ce que j'appelle l'homme sensible, la richesse de l'« écoumène »1, le rôle de l'émotion. J'ai suggéré des pistes pour reconstruire notre identité mise à mal par l'extraordinaire complexité du monde, notre écartèlement entre le local et le global, l'accélération du temps vécu. Tout cela en remettant au centre la notion d'acte, puisque je suis un physiologiste.

Propos recueillis par A.L.

Notes :

1. Écoumène : concept forgé par Augustin Berque pour décrire les lieux de vie en échappant à la seule description factuelle de la géographie, de l'économie et en réinsérant le vécu de l'homme sensible.

1 Comment


Recommended Comments

whouaa.. merci beaucoup pour l'info et pour le lien, voilà un bouquin que papa noël va devoir prendre dans sa hotte ;)

  • Like 1
Link to comment
Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...