Blogs

 

Quel lien entre le rock and roll et l'imagerie cérébrale?

Grâce à Yves Joanette, que nous avons eu la chance d'écouter durant la journée anniversaire des 30 ans de la SNF, il nous a été donné d’apprendre (outre que les Canadiens ont un vrai sens de l’humour) que la science devait probablement beaucoup aux Beatles ! EMI, label des stars du rock 'n' roll, a engrangé de tels profits grace au groupe qu’il a pu investir des fonds dans le travail de Sir Godfrey Hounsfield sur un prototype de scanner cérébral à l’EMI Central Research Laboratories à Hayes en Angleterre. Le premier prototype de scanner porta donc assez logiquement le nom de EMI-Scanner et fut déployé à l'hopital Atkinson Morley (Wimbledon), spécialisé dans la chirurgie cérébrale. Le premier patient à en bénéficier fut scanné en 1972. L’appareil utilisait les rayons X pour produire les images et chaque scan prenait plus de 5 minutes ! A la même période, Allan Cormack , de l’université de Tufts (Massachusetts), inventa un procédé similaire d’acquisition d’images et les deux compères reçurent le prix Nobel de médecine en 1979. Je ne suis pas un fan des Beatles mais j'aime bien John Lennon lorsqu'il dit (que) : « Rien ne m’a vraiment touché jusqu’au jour où j’ai entendu Elvis. S’il n’y avait pas eu un Elvis, il n’y aurait pas eu les Beatles. » Par la force des choses... je propose donc qu'on loue Elvis plus que les Beatles à chaque fois qu'un patient bénéficie d'une imagerie cérébrale !

DominiqueC

DominiqueC

 

Un T-Shirt bien branché !

Vous vous souvenez probablement du Brain Bag, accessoire indispensable de la neuropsy branchée ! Seulement... voilà... même une neuropsychologue souhaite de temps en temps lacher ses talons et ses accessoires de mode pour hiberner chez soi ! Alors comment faire pour garder un look résolument neuroscientist ?! Threadless.com a LA solution : le T-shirt Connect It Si ce magnifiqueeee t-shirt vous intéresse, ne perdez plus une minute ! la version homme est déjà Sold Out !!! Chaud... 100% coton, original... ca peut même être un excellent moyen de se retrouver en colloque...bref, les avantages sont tellement nombreux que je n'en dirais pas plus ! (Ils n'ont pas l'air heureux ces deux là ?!) http://www.threadless.com/product/1074/Connect_It

DominiqueC

DominiqueC

 

L'Art de l'illusion...

Nils Nova, né au Salvador , travaille en tant qu'artiste en Suisse. Sa dernière exposition "Opposition of Memory" est tout à fait remarquable je trouve avec un vrai travail sur les perspectives et les contrastes. La pièce est entièrement vide... uniquement constituée de papiers imprimés et collés aux murs. L'impression est saisissante (j'adore le cadre perso...). Son site : http://www.nilsnova.tv/index.html

DominiqueC

DominiqueC

 

Tollé autour de l'APA remboursable

Dans la lignée de l’exonération de la redevance télé … c’est maintenant au tour de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) d’être revisitée par le gouvernement. Florence Deguen, du Parisien , nous rapporte aujourd’hui que […] l'amendement, à la fois discret et tonitruant, (a été) voté par le Sénat, lundi soir, dans le cadre de la loi de Finances 2008. Proposé par les sénateurs Philippe Marini (UMP) et Jean Arthuis (UDF), il prévoit, à partir du 1 er janvier 2009, d'autoriser les conseils généraux à récupérer les sommes versées au titre de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) à la mort du bénéficiaire, si sa succession dépasse 100 000 €. Plus d'un million de Français touchent l'APA aujourd'hui, une somme modulable en fonction de leurs moyens et du degré de dépendance... Comme la journaliste le rappelle très justement, n'était-ce donc finalement qu'un « prêt » à rembourser post mortem pour ceux qui possèdent un studio ou une assurance vie ? Pour information, l’amendement n’est pas encore entériné et ne concerne pas les allocataires actuels. La question de la « solidarité familiale » est posée par le Sénat une nouvelle fois mais c’est sans compter, pour Pascal Champvert (président de l’association des directeurs au service des personnes âgées), sur la déjà trop large participation familiale lorsque la personne âgée opte pour la maison de retraite (60% du coût incombe aux proches). Pour ce dernier, « «on ne peut pas clamer d'un côté que les droits de succession sont injustes et en supprimer une partie, et de l'autre, imposer des prélèvements bien plus injustes qui ne dépendent que de l'état de santé ! ». Décidément.. il ne fait pas bon d’être une personne âgée ces derniers temps !

DominiqueC

DominiqueC

  • Billets

  • Commentaires du blog

    • Invité Michel THYS
      Je vous propose un point de vue différent, psycho-neurophysiologique, à propos de l'origine de la foi et de sa fréquente persistance  : http://michel.thys.over-blog.org/
    • Anne-Lise M
      Le post remonte à plusieurs années, mais je comprends tout à fait le sujet. J'avais été surprise par le style de rédaction de CR neuropsy de deux collègues qui s'étaient mises d'accord pour synthétiser le plus possible. Cela permettait au neurologue / gériatre de lire l'essentiel. L'inconvénient, à mon avis, étant qu'il devenait plus "technique". En EHPAD, c'est différent, on a le temps, moi j'aime bien aborder le type de personne dont il s'agit (en valorisant toujours le patient, évidemment !), en évoquant l'histoire de vie qui permettent de mieux comprendre la parcours du résident et mieux s'adapter à son projet de vie. Encore faut-il que je sois lue, car je ne le suis pas ! Néanmoins, cela m'a permis d'affiner mes CR, avec lesquels je termine par "en résumé" pour énumérer les troubles, voire souligner ce qui est préservé, et par "en conclusion" pour mettre en avant un profil / tableau d'atteinte, suivi de la prise en charge proposée. Et je suis d'accord que selon la façon d'aborder tout cela, c'est déjà une "forme de thérapie" étant donné l'attention que l'on porte au patient de manière éthique, par ailleurs cela permet d'orienter le médecin ou tout autre professionnel amené à lire nos CR dans la prise en charge qu'il pourra lui-même apporter.
    • LiliPho
      Je viens de découvrir votre conversation, je vous mets en lien la réponse de Ramus à ce documentaire.   http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/demain-tous-cretins-ou-pas/   En ce qui concerne le livre TV-lobotomie je ne l'ai pas lu mais j'ai regardé la vidéo Youtube de ce monsieur en entier et les arguments donnés sont tellement biaisés que je ne prendrai pas ces informations pour baser ma réflexion sur le sujet.   Je trouve le point de vue de Julie plus intéressant : l'être humain évolue, peut-être que nos tests sont encore trop orientés sur des pratiques qui deviennent passéistes (l'écriture, le par coeur) ?     
    • Laurène
      Je suis également souvent confrontée à cette question. Je m'interroge cependant régulièrement sur qu'est-ce qui est à l'origine de quoi. En effet, en tout cas pour la population que je rencontre, ce sont principalement des personnes de milieu socio-culturel très défavorisés (ce qui impacte nécessairement l'évaluation du QI, en tout cas pour ce qui met en jeu les connaissances cristallisées) et qui subissent des violences de toutes sortes (régulièrement intra-familiales). Je me dis que ces violences perturbent l'enfant de manière très importante et le rendent très peu disponible pour les apprentissages, et parfois très peu disponible pour un bilan aussi d'ailleurs. Du coup j'ai tendance à penser que ce n'est pas tant la déficience intellectuelle, au départ, qui entraine un risque plus élevé d'abus sexuel mais plutôt le contexte de développement de l'enfant qui freine les apprentissages de toutes sortes et entraine un retard dans le fonctionnement intellectuel par rapport aux autres. Après, devenu adulte, je constate par contre régulièrement que les abus passés + les difficultés de raisonnement, de prise de recul, etc. entrainent une vulnérabilité extrêmement importante...    
    • Piet
      Pas de souci, je suis même étonné des refs que tu sors. Ca va me prendre quelques temps pour te réponre, j'ai prêté le livre et le PDF rame d'une force qu'il faut 15 sec par page pour l'ouvrir. Mais je te poste ca quand je peux.