Jump to content
Le forum de l'OFPN

 

Congrès National de Neuropsychologie Clinique APPEL A COMMUNICATION

Vous avez été nombreux/ses à vous inscrire pour le CNNC d'octobre 2021 à Rennes et l'ensemble des bénévoles de l'OFPN vous en remercie !
Ce fut une longue réflexion que de décider du maintien en présentiel ou non, votre engouement nous a rassuré dans ce choix, nous nous retrouverons très bientôt en chair et en os !


Pensez à consulter le site du CNNC (http://www.cnnc.fr/ ) pour organiser votre venue en toute sérénité : informations sur les restrictions sanitaires, conseils transports et lieux d'hébergement, accessibilité, etc. 

 

N'hésitez pas à signaler votre présence aux autres membres via la calendrier : https://www.neuropsychologie.fr/calendar/event/527-congrès-national-de-neuropsychologie-clinique-2021/

L'observatoire

  • entries
    327
  • comments
    617
  • views
    29,239

Preuve que le génie frôle la folie ?


Steve

2,466 views

 Share

Friedrich Wilhelm Nietzsche, ce philosophe considéré comme un des penseurs ayant le plus influencé la pensée du XXe siècle, aurait connu une période de folie dans la décennie précédent son décès. Or, cette période de sa vie est peu documentée et soulève encore beaucoup de questions. Il aurait eu un épisode psychotique à l'âge de 44 ans pour être ensuite institutionnalisé pendant 11 ans.

Orth et Trimble ont publié en 2006 une analyse des informations contenues au dossier médical de Nietzsche, pour suggérer la possibilité qu'il ait pu souffrir d'une démence fronto-temporale. Un article très intéressant !.

La référence et le résumé: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/si...stractPlus

 Share

1 Comment


Recommended Comments

Référence très intéressante Steve ! MERCI

Si je reprends un peu l’idée principale (pour ceux qui n'ont pas accès l'article), l’histoire semble avoir retenu la neurosyphilis comme explication au déclin de Nietzsche avec ce que les auteurs appellent dans l’article : la general paralysis of the insane (GPI), une méningo-encéphalite qui survient au cours de l'évolution de la maladie.

Pour les auteurs, cette hypothèse semble fragile si l’on considère le coté « foudroyant » de cette pathologie, fatale sur 2 3 ans après les premiers signes en contraste avec la durée de la maladie de Nietzsche. Il semble exister des éléments neuro psychiatriques chez deux de ses tantes maternelles et deux oncles maternels. Sa mère serait décédée précocement avec un « ramollissement » du cerveau.

Outre de nombreux signes évocateurs (perturbation des conduites sociales, de l’hygiène, des conduites alimentaires, des comportements d’utilisation etc.), les auteurs s’appuient également sur l’apparition de talents artistiques dans la DFT. Nietzsche a montré une productivité créative particulièrement importante dans les dernières années de sa vie active. Pour Orth, une telle productivité ne serait pas compatible avec le développement d’une infection cérébrale comme la GPI. En outre, il manquerait de nombreux signes neurologiques fréquemment présents dans la neurosyphilis alors que 6 ans après le début de la maladie, Nietzsche était encore dans un bon état général.

Le philosophe allemand pouurait donc avoir présenté une forme de DFT familiale…

Merci steve

Link to comment
Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...