Jump to content
Le forum de l'OFPN

 

Congrès National de Neuropsychologie Clinique APPEL A COMMUNICATION

Vous avez été nombreux/ses à vous inscrire pour le CNNC d'octobre 2021 à Rennes et l'ensemble des bénévoles de l'OFPN vous en remercie !
Ce fut une longue réflexion que de décider du maintien en présentiel ou non, votre engouement nous a rassuré dans ce choix, nous nous retrouverons très bientôt en chair et en os !


Pensez à consulter le site du CNNC (http://www.cnnc.fr/ ) pour organiser votre venue en toute sérénité : informations sur les restrictions sanitaires, conseils transports et lieux d'hébergement, accessibilité, etc. 

 

N'hésitez pas à signaler votre présence aux autres membres via la calendrier : https://www.neuropsychologie.fr/calendar/event/527-congrès-national-de-neuropsychologie-clinique-2021/

L'observatoire

  • entries
    327
  • comments
    617
  • views
    29,239

Le syndrome d'Ulysse, variante du syndrome de Cotard


DominiqueC

14,164 views

 Share

Paul Vaughan a déterré un article de 2005 dans lequel on présente un syndrome de Cotard inversé. Là où le patient peut être amené à penser qu'il n'existe plus, en partie ou totalement, il existerait donc un syndrome dans lequel la personne pense que tout ou partie d'un proche n'existe plus... Cela s'appellerait le syndrome d'Ulysse.

Il tire son nom de la mythologie grecque et de l'histoire de Pénélope qui, même après le retour d'Ulysse de la guerre, continuait de le croire mort.

Les deux cas, publiés dans un article de 2005 de l'International Journal of Geriatric Psychiatry, sont spectaculaires comme le souligne le blogueur:

21-01-11.png style="margin: 4px 10px 6px 4px; box-shadow: 1px 1px 10px #555">Le premier cas est celui d'une personne âgée de 81 ans, amenée aux urgences psychiatriques pour la première fois après avoir démarré des idées délirantes soudaines à l'encontre de son petit-fils. Elle pensait que celui-ci présentait des oedèmes aux jambes, une inflammation du cerveau, une profonde léthargie après qu'une mouche radioactive l'ait piquée ! Bien qu'elle pouvait lui parler au téléphone, elle était convaincue de sa mort.

Plus précisément, elle pensait qu'il n'avait plus d'estomac ou d'organes internes, que ses yeux avaient été retirés pour être remplacés par des billes de verre, que son cerveau était mort et remplacé par une horloge et qu'il devenait de plus en plus obèse. Elle décrivit des hallucinations sous la forme de policiers venant lui rapporter les infractions de son petit-fils, mais aucun autre symptôme de premier rang de la schizophrénie n'était présent. Son humeur était dépressive, mais d'apparition postérieure aux idées délirantes.

La vieille dame a gardé ses idées délirantes durant 5 ans, bien qu'en parallèle elle était elle-même convaincue de sa propre mortalité.

Le second cas concerne également une femme avec un début tout aussi soudain.

Cette personne âgée de 73 ans présentait une histoire de schizophrénie paranoïde depuis 40 ans avec une exaltation de l'humeur, de l'hyperactivité, un langage logorrhéique, de la distractibilité et des idées de grandeur. Un jour, elle se mit à penser que son amant, qui vivait sur le même palier qu'elle, avait développé une maladie ayant entrainé la disparition de ses jambes, que son coeur avait été remplacé par une machine et qu'il était sur le point de perdre son cerveau.

Elle pensait qu'il pouvait lui envoyer des messages par la télévision et qu'elle pouvait lui répondre en arrangeant, d'une certaine manière, des bougies situées non loin de là. Elle alla jusqu'à penser qu'il était mort, mais revenu à la vie sous une forme grossière afin de loger sous son propre matelas...

L'article: Odysseus syndrome: nihilism by proxy. Connelly PJ, Rodriguez-Castello C, Robertson LM. Comment in: Int J Geriatr Psychiatry. 2005 Jun;20(6):598

 Share

3 Comments


Recommended Comments

Super intéressant !

Je m'interroge toutefois sur les distorsions massives de la réalité, qui s'apparent quand même beaucoup au domaine des psychoses... Ce qui me frappe aussi (sans rentrer dans l'interprétation sauvage), c'est que les deux cas semblent rapporter une thématique d'enveloppe vide... Que l'on retrouve dans les délires psychotiques...

Piet qui s'interroge...blink.gif

Link to comment

Merci pour vos réactions. Ce qui me questionne le plus, c'est le mode d'installation, notamment pour la première patiente: soudain et tardif, sans antécédent.

Jusqu'à peu, l'apparition tardive de troubles psychotiques était souvent un contre indicateur du diagnostic psychiatrique, à la faveur d'une atteinte plutôt neurologique. En gros, on ne débute pas une psychose à 70 ans.... Mais, je dois dire que j'ai lu quelques papiers, discutait avec quelques personnes qui disent le contraire. Je ne sais plus bien où me situer actuellement par rapport à cette question.

Link to comment
Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...