L'observatoire

  • entries
    327
  • comments
    615
  • views
    18,266

La neuropsychologie, une science romantique selon Luria

DominiqueC

5,811 views

blog-0976611001328214707.jpegLe monde vient de mettre en ligne un bel article à propos du neurologue et écrivain Olivier Sacks. Dans cet article, l'auteur cite Luria à propos de la médecine puis de la psychologie, regrettant leurs cheminements de l'époque qu'il n'hésite pas à comparer à une "médecine vétérinaire" et une psychologie "sèche, statique et dogmatique". Alexandre Luria souhaite réconcilier ces deux univers en développant ce qu'il appelle une "science romantique", considérant l'être tout entier: la neuropsychologie !

Je vous invite à découvrir le passage ci-dessous ou plus simplement, l'article en entier (http://www.lemonde.f...37633_3260.html).

Luria (1902-1977) est, avec Lev Vytgovski (1896-1934), une des figures de l'école russe de neurologie, censurée sous Staline. Tous deux sont considérés comme les pères de la neuropsychologie. Alexandre Luria, qui s'est fait connaître pour son étude sur un patient atteint d'un prodigieux don de mémoire (Je suis un phénomène, adapté au théâtre par Peter Brooks en 1998), a correspondu avec Sacks pendant deux ans.

Dans ses livres, ses lettres, il explique que des"syndromes de perte de corps" sont courants après un accident. Le malade éprouve comme "une tache aveugle" dans la perception de lui-même. Le sixième sens est affecté. Car "le corps, écrit-il à Sacks, est une unité constituée d'actions.(...) Lorsqu'une partie n'agit plus, elle devient "étrangère"".

De ces sensations d'aliénation, les médecins se désintéressent. Ne considérant pas le vécu des patients, ils développent une "médecine vétérinaire". De plus, pour Luria, la psychologie elle-même a régressé depuis la fin du XIXe siècle. Elle est devenue"sèche", "statistique", dogmatique. Elle a perdu "l'art de l'observation" des grands psychiatres "littéraires" qu'étaient Jean-Martin Charcot, précurseur de la psychopathologie, Gaétan de Clérambault, fameux pour ses études sur la passion des étoffes, Jacques-Joseph Moreau de Tours et ses écrits sur le haschich et l'aliénation mentale.

Alexandre Luria, lui, veut réconcilier la neurologie fonctionnelle et la psychologie, déployer ce qu'il appelle une "science romantique", considérant l'être tout entier : la neuropsychologie.



2 Comments


Recommended Comments

Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.