Jump to content
Le forum de l'OFPN

 

FORUM PUBLIC

ATTENTION Vous vous trouvez sur la partie PUBLIQUE  du forum et de ce fait, vos propos peuvent être lus par des personnes non adhérentes à l'OFPN et sont référencés par les moteurs de recherche.

Actualités & Communiqué officiel de l'OFPN

 

 

Neuropsychologie a l'étranger ?


Guest usify
 Share

Recommended Posts

Guest usify

Bonjour,

J'ai aujourd'hui l'opportunité de partir aux Etats Unis pour ma profession.

Ma femme étant neuropsychologue, j'aimerais savoir quelles seraient les options s'offrant a elle ? Peux elle pratique aux Etats Unis ? Si non, peux elle suivre des formations s'en rapprochant ? Quelles sont ces options ?

Merci de votre aide

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Les standards exigés pour pratiquer la psychologie au Canada (et encore plus aux États-Unis) sont différents de ceux de l'Europe. Aux É-U, le doctorat est exigé et bien souvent, une formation post-doctorale 1-2 ans est coutûme. Ce stage implique souvent de la clinique et de la recherche. Les exigences plus spécifiques peuvent varier d'un état à l'autre. Je vous encourage donc de vérifier auprès de l'ordre/assocition de l'état où vous irez vous établir. Si elle détient une maîtrise, j'imagine qu'elle aura à faire son doctorat, quitte à avoir certaines équivalences créditées. Je spécule ici. Vaudrait mieux s'informer directement à la source.

Il y a peut-être de l'information sur le site de l'American Psychological Association pour les cliniciens "étrangers" ?

  • Like 1

Steve Joncas, Ph.D., C. Psych.

Soins continus Bruyère

Ottawa, Ontario, Canada.

Link to comment
Share on other sites

Guest usify

Nous irions en Californie.

Merci pour la réponse je vais aller voir du coté de l'American Psychological Association. je posterais ici dès que j'ai plus de détails au cas ou d'autres seraient intéressés.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

je suis neuropsychologue en France et j'ai eu l'occasion d'explorer un peu la piste d'un exercice éventuel aux Etats-Unis.

Comme dit précédemment par Steve, les standards pour la pratique sont différents. Le plus probable est que votre femme devra refaire une année de master aux US car même le niveau du master Français n'est pas équivalent. Ensuite, elle devra compléter un doctorat et un internat clinique par la suite. Cela devrait prendre environ 5 ans. Il y a deux types de doctorat possibles, le PsyD qui est presque exclusivement clinique et le PhD qui est orienté clinique et recherche. L'accès aux programmes de PhD est généralement plus difficile que pour le PsyD, le "prestige" des premiers est également supérieur. Il faut dans tous les cas faire des démarches pour traduire ses diplômes et le contenu précis des cours suivis, en passant par des organismes accrédités. Il y a également la question des licences professionnelles nécessaires à la pratique et spécifiques à chaque état. En France avec un diplôme de (neuro)psychologue, on exerce à vie et partout en France. Aux Etats-Unis, il faut valider la licence professionnelle de l'état où on souhaite exercer et valider régulièrement des heures de formation pour pouvoir continuer à exercer. Il faut savoir également que l'accès aux programmes de doctorat en neuropsychologie est particulièrement compétitif aux US. Il est souvent utile d'avoir déjà publié des articles scientifiques et de disposer d'une expérience clinique significative et surtout d'avoir d'excellentes notes. Cela dit, une solution intermédiaire pourrait être de faire un an aux US pour valider un master de psychologie américain puis d'exercer dans une clinique ou en libéral mais elle ne pourra pas faire usage du titre de psychologue et encore moins de celui de neuropsychologue. Il faudra évidemment faire les démarches pour pouvoir travailler aux Etats-Unis si elle n'a pas la nationalité.

En résumé, si vous ne resté pas longtemps aux Etats-Unis, valider un master me semble une bonne option. Il est peut-être aussi possible d'avoir directement une équivalence de Bachelor of Art (BA) et pourquoi pas d'être embauché dans une clinique (mais pas comme neuropsychologue).

Si vous resté assez longtemps, au moins 10 ans, ça peut valoir le coup, si vous en avez les moyens... et si votre femme en a le courage... et que votre couple est solide mdr.gif, qu'elle se lance dans 5 ans d'études pour valider un diplôme américain de neuropsychologue.

La liste des Universités qui proposent un doctorat de neuropsychologie, ainsi que toutes les informations relatives à la pratique de la neuropsychologie aux Etats-Unis, sont disponibles sur le site de la division 40 de l'APA

--->ICI

Pour la Californie il y a:

Bonne chance et bon séjour kink.gif

  • Like 2

Antoine ARENTS

IEM Saint Jean de Dieu (75015)

SESSAD ARIMC (95400)

Cabinet libéral (75015)

www.cabneuro.fr

Link to comment
Share on other sites

Guest usify

Bonjour Antoine,

Merci pour la réponse détaillée et les liens qui suivent.

Je ne pense pas qu'elle aura le courage de suivre 5 ans d'études de plus ni que nous n'en ayons les moyens vu le prix des études américaines.

En revanche l'option de valider un master pour exercer en clinique est une option intéressante.

Quelques dernières questions pour la route :

Que voulez vous dire par exercer en clinique sans titre de psychologue ? que pourra t-elle faire ? quand vous parlez de BA j'imagine que c'est un un Bachelor of Arts in Psychology, cela lui permettrait t-il d'exercer comme psychologue ?

Merci pour votre aide.

Link to comment
Share on other sites

Re bonjour,

j'ai eu l'occasion de faire des stages sur des techniques d'évaluation et de rééducation aux Etats-Unis et au Canada, dans des cliniques privés, ce qui serait l'équivalent d'un cabinet de groupe en France. Il y a toutes sortes de professionnels de santé Speech Language Pathologist, Social Worker, Nurse, etc. avec des niveaux de formation très variés, de la licence au doctorat. Il me semble, mais c'est à vérifier qu'il est possible à un professionnel titulaire d'un master de psychologie et même peut-être d'un BA de psychologie, de travailler sous la supervision d'un psychologue américain (donc niveau doctorat) sans pour autant avoir le titre de psychologue. Les activités à envisager sont à mon avis très dépendantes du cabinet privé. Il me semble possible de pouvoir intervenir au moins partiellement dans la passation et la cotation des tests et une collaboration avec un neuropsychologue américain, même avec un rôle restreint, est une piste que j'envisagerais personnellement.

Oui BA c'est bien Bachelor of Art in Psychology.

Impossible à ma connaissance d'être psychologue avec un BA ou un Master, aux Etats-Unis.

Antoine ARENTS

IEM Saint Jean de Dieu (75015)

SESSAD ARIMC (95400)

Cabinet libéral (75015)

www.cabneuro.fr

Link to comment
Share on other sites

Je trouve tout ça assez déprimant pour nous tout ça.....

--

Orianne COSTINI

Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild
Service de Neurologie
Unité Fonctionnelle Vision et Cognition
48 avenue Mathurin-Moreau, 75019 Paris
http://www.vision-et-cognition.com/ 
 
Autres affiliations (membre associé) : 
Laboratoire de Psychologie de la Perception (UMR8242)
http://lpp.parisdescartes.cnrs.fr/recherche/equipe-action/
Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cliniques, Cognitives et Sociales
Link to comment
Share on other sites

Je suis du même avis, je ne trouve pas du tout cela "déprimant". Au contraire que je crois que ça nous invite à essayer de combler la différence de niveau, en particulier en se procurant des ouvrages américains de neuropsy et en s'inscrivant à des forums professionnels, des formations, etc. Ce qui me déprime c'est plutôt que nous passions autant de temps à prendre conscience de la situation et à faire ce qu'il faut pour qu'elle évolue.

Antoine ARENTS

IEM Saint Jean de Dieu (75015)

SESSAD ARIMC (95400)

Cabinet libéral (75015)

www.cabneuro.fr

Link to comment
Share on other sites

Je suis tout à fait d'accord avec vos remarques, mais ce que je trouve "déprimant" (ce n'est qu'un mot), c'est de se dire que même après 5 ans d'études (8 après mon doctorat), un déménagement à l'étranger implique de reprendre des études.

Je pense donc qu'il faut effectivement, d'une part, intégrer ce fait pour soutenir l'amélioration de nos formations, mais qu'il faut aussi assurer un maximum de passerelles !!!!

Cette observation m'alerte d'autant plus que je pense connaître la personne dont il est question dans ce topic......

--

Orianne COSTINI

Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild
Service de Neurologie
Unité Fonctionnelle Vision et Cognition
48 avenue Mathurin-Moreau, 75019 Paris
http://www.vision-et-cognition.com/ 
 
Autres affiliations (membre associé) : 
Laboratoire de Psychologie de la Perception (UMR8242)
http://lpp.parisdescartes.cnrs.fr/recherche/equipe-action/
Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cliniques, Cognitives et Sociales
Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...