Jump to content
Le forum de l'OFPN

 

Actualités & Communiqué officiel de l'OFPN

 

 

  • DominiqueC
    DominiqueC

    Les femmes plus vulnérables aux commotions cérébrales

      Length: 2:21

    Des commotions cérébrales de plus en plus médiatisées, surtout quand les joueurs vedettes sont touchés.

    Au football américain, certains règlements ont même été modifiés pour mieux protéger les joueurs. Les femmes ne sont pas moins touchées.

    En décembre dernier, Radio-Canada révélait que le quart de l'équipe canadienne de water-polo était contrainte au repos en raison de commotions cérébrales.

    Émilie Chamard, candidate au doctorat en neuropsychologie clinique à l'Université de Montréal, a découvert que la composition du cerveau des femmes les rend plus vulnérables à ce chapitre.

    « Il y a une circonvolution du cou plus petite, note Émilie Chamard. Et des muscles du cou qui sont moins développés, ce qui fait qu'elles [les femmes] sont plus à risque de subir une commotion cérébrale pour un coup d'une même intensité. »

    Une plus faible quantité de liquide céphalo-rachidien ajoute aussi à la vulnérabilité.

    « C'est un liquide au cerveau qui fait une barrière entre le cerveau et le crâne, ajoute Mme Chamard. Étant donné qu'il y en a moins, le cerveau est plus vulnérable à entrer en contact avec la boîte crânienne. »

    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.


×
×
  • Create New...