Jump to content
Le forum de l'OFPN

 

FORUM PUBLIC

ATTENTION Vous vous trouvez sur la partie PUBLIQUE  du forum et de ce fait, vos propos peuvent être lus par des personnes non adhérentes à l'OFPN et sont référencés par les moteurs de recherche.

S'informer sur la profession de neuropsychologue


DominiqueC
 Share

Recommended Posts

Si vous êtes étudiant ou en passe de le devenir et que vous désirez obtenir des informations sur le métier de psychologue-neuropsychologue, merci de prendre connaissance de ces pages :

Présentation et activités : http://www.neuropsychologie.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=194&Itemid=84/

Formations Universitaires : http://www.neuropsychologie.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=195&Itemid=85/

Les stages en neuropsychologie : http://www.neuropsychologie.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=544&Itemid=228

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous solliciter

D.Cazin

Administrateur Neuropsychologie.Fr

Dominique Cazin, Montreal (Canada)

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Bonjour,

Je suis actuellement en L3 de psychologie et je souhaiterais m'orienter vers la neuropsychologie.

J'essaye de récolter des informations quant aux formations de sciences cognitives, psychologie cognitive, neuropsychologie aupres de mes professeurs. Les réponses sont souvent les mêmes (nécéssité d'avoir une perspective de recherche pour les sciences et psychologie cognitive, et clinique avec un rapport avec le patient pour la neuropsycho).

Les professeurs (nous enseignant les neurosciences, et étant qualifiés en sciences cognitives) réduisent la pratique d'un neuropsychologue à la passation de test et à l'élaboration de diagnostic. Ce qui ne m'interesse pas du tout!

Pourriez vous m'aider à cerner les différences concrètes au niveau de la pratique des branches telles que la psychologie cognitive, les neurosciences, les sciences cognitives et la neuropsychologie?

Existe t il une possibilité d'entreprendre un doctorat apres un master en neuropsycho (ce qui donnerai plus de poids au master) ?

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Plicou, j'ai fait une looongue réponse qui s'est perdue, vive la connexion wifi instable :kidea:

Alors désolé, là je n'ai pas le courage de m'y remettre tout de suite... Demain maybe !

François Radiguer

CHU Bicêtre - services de rééducation post-réanimation et réanimation chirurgicale

Kremlin-Bicêtre (94)

Membre du Comité d'Edition et de Rédaction des Cahiers de Neuropsychologie Clinique 

Membre de la société secrète des membres du mois

Link to comment
Share on other sites

Je m'y remets entre deux réunions... Donc je disais (de mémoire) j'essaie de faire court, ce sera forcément en fonction de mon humble expérience, et j'espère que mes collègues complèteront mes inexactitudes (et excuseront mes simplifications).

Je vais te définir selon moi les quatre disciplines que tu évoques (en insistant davantage sur celle dans laquelle je travaille...). Tu évoques dans ton message ce qui ne t'intéresse pas en neuropsychologie (test et élaboration de diagnostic) mais je ne sais pas ce qui t'intéresse dedans...

Les sciences cognitives sont très vastes, elles concernent aussi bien la pensée humaine que la pensée animale ou artificielle. C'est assez éloigné du cursus de psychologie je pense. Mais tu trouveras une définition plus exacte ici http://lumiere.ens.fr/~cogmaster/www/f_01_presentation.php

Les neurosciences sont vastes également, elles concernent tout ce qui a trait au système nerveux central et périphérique, et regroupent donc de nombreuses disciplines.

La psychologie cognitive concerne par définition la compréhension du fonctionnement cognitif de l'individu "normal", et les étudiants de psychologie cognitive, là où j'ai fait mes études (Paris 5) étaient dans le master recherche. (toutefois dans certains établissements, les psychologues spécialisés en neuropsychologie sont qualifiés de "psychologues cognitivistes", j'ai appruis ça il n'y a pas longtemps)

La neuropsychologie (la plus belle de toutes :lol!:) concerne l'étude du fonctionnement psychologique lors de lésions cérébrales (congénitales ou acquises). Les psychologues spécialisés en neuropsychologie s'appuient donc sur les connaissances en neurosciences et en psychologie cognitive, mais également en psychopathologie, pour faire un état des lieux du fonctionnement du patient avec cette lésion (avérée ou supposée).

C'est vrai qu'on utilise pas mal de tests pour évaluer les différentes "fonctions cognitives", mais pas seulement, à l'entretien avec le patient et son entourage on peut déjà faire le tour de pas mal de questions. Et pour d'autres fonctions l'utilisation de tests n'est pas pertinente, je pense notamment aux lésions du corps calleux pour lesquelles on n'utilise pas de tests "standardisés-étalonnés-valides-sensibles-etc.".

Bref, pour ma part, j'utilise pas mal de tests, mais je ne me considère pas comme un "testeur", parce qu'il n'y aurait pas besoin de faire 5 ans d'études pour ça. Ils font partie des outils à notre disposition pour faire notre travail, et il faut savoir les utiliser à bon escient. L'objectif est néanmoins de cerner les difficultés du patient pour permettre la mise en place d'une prise en charge utile !

Ensuite, en vrac, dans certains postes il y a des possibilités de prise en charge rééducative, il y a aussi de plus en plus de neuropsy dans les services de psychiatrie, et les consultations mémoire sont également un lieu de pratique bien particulière de la neuropsychologie.

Enfin pour le doctorat, oui, il y a plusieurs personnes sur le forum qui ont entrepris un doctorat après un master pro, mais ils te répondraient mieux que moi sur les conditions particulières...

J'espère juste ne pas fâcher trop de collègues qui ne seront forcément pas tout à fait d'accord avec mes résumés ;)

En espérant t'avoir éclairée un peu, à bientôt !

François Radiguer

CHU Bicêtre - services de rééducation post-réanimation et réanimation chirurgicale

Kremlin-Bicêtre (94)

Membre du Comité d'Edition et de Rédaction des Cahiers de Neuropsychologie Clinique 

Membre de la société secrète des membres du mois

Link to comment
Share on other sites

En ce qui me concerne je suis d'accord avec françois ! Effectivement, la neuropsychologie comprend une approche très clinique contrairement à ce que pourraient penser certaines personnes. L'entretien clinique, l'observation du patient, l'entretien avec les proches sont des aspects au moins aussi importants que l'aspect psychométrique. L'état thymique du patient ou les éventuelles psychopathologies doivent être connues et prises en compte afin de ne pas faire d'erreur d'interprétation. Le neuropsychologue a pour rôle de poser les hypothèses diagnostiques mais également de conseiller le patient, les proches et les soignants sur la prise en charge et, parfois, d'entreprendre une prise en charge à visée réadaptative. C'est une profession très riche et pouvant s'exercer auprès de populations très variées (et pas uniquement chez des personnes âgées...). :lol!:

Lara Collin
Psychologue spécialisée en Neuropsychologie
Unités ambulatoires de Psychiatrie infanto-juvénile (50%)

Centre Hospitalier Annecy Genevois
Libéral - Chambéry

http://cabinet-de-neuropsychologie.webnode.fr

Link to comment
Share on other sites

Je vais répondre à la question du Master-Doctorat: oui, on peut faire un doctorat directement après un M2 professionnel (plusieurs l'ont fait sur ce forum, j'en fais partie ;) ). Il faut se renseigner fac par fac, pour certaines c'est très simple (normalement cela devrait tendre à être de plus en plus simple avec la future non-distinction M2P/M2R, mais comme on en parle depuis longtemps et qu'on ne voit toujours rien venir.. ), pour d'autres facs (Paris 5, par ex), il faut constituer un dossier relativement chiant / précis / long et dense (avoir un labo / directeur d'accueil, un projet, éventuellement un financement, etc...). Mais bref, au final, c'est du "cas par cas!".

Est-ce à dire que le doctorat donne "plus de poids" au Master, je ne suis pas complètement d'accord; c'est un abord différent, une autre façon de voir / faire les choses. Est-ce que c'est un "plus" dans la pratique clinique que tu peux avoir.. tout dépend de ce sur quoi portait ta thèse, mais je dirais oui. Après, il y a bien d'autres moyens de se former continuellement à notre belle et riche profession :lol!: (DU, DIU, congrès & colloques, ... forum neuropsycho.fr !).

Je te "conseillerais" donc pour le moment de ne pas trop te prendre la tête avec ça, tu auras bien le temps de voir venir les choses en temps et en heure! pour le moment prends des infos à gauche et à droite, demande, questionne, bouquine.. tu peux aussi essayer de trouver un stage d'observation dans un labo (j'avais fait ça en L2, c'était très intéressant), ça pourra te donner une idée de ce qu'est la recherche en clinique / neurosciences / psychologie cognitive / etc.. :eek:

Marie de Montalembert
Psychologue spécialisée en Neuropsychologie (Hôpital de la Pitié Salpêtrière)

MCF en Neuropsychologie (Université Paris Nanterre)

Co-responsable Commission Formation Initiale
 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Les sciences cognitives sont très vastes, elles concernent aussi bien la pensée humaine que la pensée animale ou artificielle. C'est assez éloigné du cursus de psychologie je pense. Mais tu trouveras une définition plus exacte ici http://lumiere.ens.fr/~cogmaster/www/f_01_presentation.php

J'aimerais rectifier tes propos François, car c'est grâce aux sciences cognitives que j'ai pu être psychologue.

Je m'explique: après mon deug de biochimie et biologie cellulaire, j'ai fait une licence et maîtrise de sciences cognitives. Et c'est là que j'ai découvert la psychologie cognitive et la neuropsychologie. J'ai ensuite été admise en M2 de neuropsy et également en équivalence de L3 de psycho (puis maitrise) pour valider le titre.

En réalité, les sciences cognitives sont un champ très vaste comme tu le disais dont le paradigme de base est le traitement de l'information. A la différence de la psychologie cognitive ou de la neuropsychologie, les sciences co ne se cantonnent pas à l'étude de l'humain, mais également de l'animal et travaille beaucoup sur les interfaces homme-machine. J'ai donc pu découvrir les réseaux de neurones artificiels, la réalité virtuelle, les mathématiques floues, mais aussi l'ergonomie, la neuropsychologie, la psychologie clinique, les neurosciences...en suivant ce cursus.

En ce qui concerne la finalité des sciences cognitives, elle réside essentiellement dans un emploi de chercheur. Mais ça peut être un bon cursus de découverte de différentes orientations pour choisir celle qui nous correspond. Moi, je suis devenue neuropsychologue, une autre ergonome, un autre fait actuellement de la recherche à Boston...

J'irai même plus loin en disant que pour moi, la psychologie cognitive peut être considérée comme une partie des scxiences cognitives.

Carine (Béhar) Arangoïs

50% Equipe Mobile d'Évaluation Gérontologique, Centre Hospitalier de Rochefort

Link to comment
Share on other sites

(normalement cela devrait tendre à être de plus en plus simple avec la future non-distinction M2P/M2R, mais comme on en parle depuis longtemps et qu'on ne voit toujours rien venir.. )

Moi c'est ce que j'ai fait à Nice !

Virginie Biscay
Service Pédiatrie au CH Grasse,
Cabinet libéral à Mouans-Sartoux (06)

Link to comment
Share on other sites

J'aimerais rectifier tes propos François, car c'est grâce aux sciences cognitives que j'ai pu être psychologue.

Je m'explique: après mon deug de biochimie et biologie cellulaire, j'ai fait une licence et maîtrise de sciences cognitives. Et c'est là que j'ai découvert la psychologie cognitive et la neuropsychologie. J'ai ensuite été admise en M2 de neuropsy et également en équivalence de L3 de psycho (puis maitrise) pour valider le titre.

En réalité, les sciences cognitives sont un champ très vaste comme tu le disais dont le paradigme de base est le traitement de l'information. A la différence de la psychologie cognitive ou de la neuropsychologie, les sciences co ne se cantonnent pas à l'étude de l'humain, mais également de l'animal et travaille beaucoup sur les interfaces homme-machine. J'ai donc pu découvrir les réseaux de neurones artificiels, la réalité virtuelle, les mathématiques floues, mais aussi l'ergonomie, la neuropsychologie, la psychologie clinique, les neurosciences...en suivant ce cursus.

En ce qui concerne la finalité des sciences cognitives, elle réside essentiellement dans un emploi de chercheur. Mais ça peut être un bon cursus de découverte de différentes orientations pour choisir celle qui nous correspond. Moi, je suis devenue neuropsychologue, une autre ergonome, un autre fait actuellement de la recherche à Boston...

J'irai même plus loin en disant que pour moi, la psychologie cognitive peut être considérée comme une partie des scxiences cognitives.

Merci de me compléter Carine :lol!:

Je suis d'accord qu'au final la psychologie cognitive peut être inclue dans les sciences cognitives.

François Radiguer

CHU Bicêtre - services de rééducation post-réanimation et réanimation chirurgicale

Kremlin-Bicêtre (94)

Membre du Comité d'Edition et de Rédaction des Cahiers de Neuropsychologie Clinique 

Membre de la société secrète des membres du mois

Link to comment
Share on other sites

Entreprendre un doctorat apres un master en neuropsycho ne me semble pas donner plus de poids au master. En effet, certains directeurs s'interrogeront même sur vos motivations et ambitions lors d'un entretien d'embauche.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Guest Sonia88

Bonjour à tous,

Je suis actuellement en 2ème année de Psycho à Tours. J'envisage de faire un Master de neuropsychologie.

J'ai lu les différentes plaquettes des universités qui proposent le Master de Neuropsycho et celui de Lille 3 m'attire le plus: Neuropsychologie clinique, évaluation périchirurgicale et réhabilitation cognitive.

Quelqu'un a-t-il suivit ses études là bas? pourriez vous m'en dire un peu plus?

Je me posait également une autre question. J'ai remarqué que suivant les masters proposés dans les univesités, les enseignements de licence sont plus ou moins "orienté".

Par exemple, à Tours, les masters proposés sont psychologie du développement, gérontologie, mémoire ... et nous étudions beaucoup cela actuellement et ce depuis l'année dernière.

Qu'en pensez vous? Serait-il utile que je fasse ma 3ème année à Lille?

Merci de votre réponse

Edited by Sonia88
Oubli d'intitulé
Link to comment
Share on other sites

Guest Lanael767

Bonjour, je voudrais poser quelques questions a propos du stages obligatoire en L3 de neuropsychologie à Angers.

- Quelles sont les qualité recquises pour le stagiaire?

- Combien sont pris pour le stage?

- Quels sont les horaires?

- Quels sont les critères nécéssaires pour être pris?

- Comment se passe l'accompagnement pour le stage? A t'on un ou plusieurs référents?

- Quelles sont les méthodes et l'organisation du stage? Comment ca se passe? Qu'est ce que le stagiaire doit faire durant le stage?

- Quelles sont les démarches à effectuer pour avoir un stage?

- Lorsque l'on est stagiaire, quelles sont les conditions à respecter?

- Comment est la journée type du stagiaire?

- Est ce que plusieurs choix de stages sont possibles en ce qui concerne la neuropsychologie?

- Quelles sont les objectifs du stage?

- A t'on une évaluation de stage et comment cela se passe t'il?

- De combien le stagiaire est il rémunéré?

Merci de vos réponses

Link to comment
Share on other sites

ça fait 2 fois que j'écris tout un tas de réponses, et que j'efface tout par une fausse manip..... je craque !

Mais soyons sérieux. Je ne sais pas comment ça se passe à Angers en L3 spécifiquement, mais je pense que c'est plus ou moins partout pareil.

- Quelles sont les qualité recquises pour le stagiaire?

A mon avis, curiosité et intérêt. bien sûr, si tu as eu des cours sur le sujet et que tu les connais bien, ça ne peut que t'aider et te permettre de profiter encore plus des infos que tu auras tout au long du stage.

- Combien sont pris pour le stage?

Généralement 1 voire 2 stagiaires par maître de stage. les places sont assez chères !

- Quels sont les horaires?

les mêmes que celles du psy avec qui tu es en stage. généralement, qq chose comme 9h 17h

- Quels sont les critères nécéssaires pour être pris?

à mon avis, en un mot : MOTIVATION !

- Comment se passe l'accompagnement pour le stage? A t'on un ou plusieurs référents?

1 référent en général, ce qui ne t'empêche pas de passer du temps avec les autres membres de l'équipe (s'ils veulent bien !) pour découvrir leur activité

- Quelles sont les méthodes et l'organisation du stage? Comment ca se passe? Qu'est ce que le stagiaire doit faire durant le stage?

ça dépend du lieu de stage, de l'activité du psy, et du psy. En L3, c'est généralement de l'observation (active, attentive et curieuse, s'entend !)

- Quelles sont les démarches à effectuer pour avoir un stage?

il y a un sujet sur le site, très complet, je t'invite à t'y reporter

- Lorsque l'on est stagiaire, quelles sont les conditions à respecter?

Celles fixées par la structure, par le psy. Le stagiaire est également soumis au code de déonto des psychologues (que tu peux trouver facilement sur internet)

- Comment est la journée type du stagiaire?

A 9h, 11h, 14 : faire du café pour toute l'équipe. Ah Ah, je plaisante bien sûr (ou pas) :p.

ça dépend de la structure, de l'activité du psy (bilans, réunions avec l'équipe, rééducations). en L3, généralement de l'observation, ta journée est la même que celle du psy

- Est ce que plusieurs choix de stages sont possibles en ce qui concerne la neuropsychologie?

Autant que de structures et de service où exercent des neuropsy !

- Quelles sont les objectifs du stage?

Ils sont fixés par la fac d'abord, par le pys aussi. Mais aussi (et j'ai envie de dire surtout) par toi : qu'attends tu de ce stage ? Simplement de connaître l'activité du neuropsy pour une orientation professionnelle entre clinique et neuropsychologie ? Commencer à acquérir des connaissances précises dans le domaine ? ces objectifs sont très importants pour le maître de stage, pour évaluer tes motivations et ton sérieux.

- A t'on une évaluation de stage et comment cela se passe t'il?

Cela dépend si le stage est intégré au cursus ou pas. Si c'est un stage obligatoire, aucune idée, je n'ai pas eu de stage obligatoire avant le M2. il faut te renseigner auprès de la fac.

- De combien le stagiaire est il rémunéré?

euh ..... :pom: tu es rémunéré grâce à des connaissances ?? ça te convient ?

Très très très peu de stages sont rémunérés, et certainement pas en L3 (je ne pense pas m'avancer en disant cela).

Bon courage !

Virginie Biscay
Service Pédiatrie au CH Grasse,
Cabinet libéral à Mouans-Sartoux (06)

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...
Guest natich

Bonjour,

Je suis actuellement en Licence 1 de psychologie et j'ai quelques questions sur la profession de neuropsychologues dans le cadre du projet professionnel.

Le neuropsychologue peut-il travailler en temps que libéral et si oui dans quels contextes ?

Peut-il travailler hors relation patient -practicien ?

Y a t-il une différence de formation entre un neuropsychologue qui s'occupe d'adultes et celui qui s'occupe d'enfants ?

Un neuropsychologue ayant un master obtenu en France peut-il travailler à l'étranger ?

Le neuropsychologue est-il amener à travailler avec des psychologues spécialisés dans d'autres domaines ?

Je vous remercie d'avance pour vos réponses.

Link to comment
Share on other sites

bonjour,

voici quelques éléments de réponse :

Y a t-il une différence de formation entre un neuropsychologue qui s'occupe d'adultes et celui qui s'occupe d'enfants ?

Oui et non. La formation universitaire en neuropsychologie comprend, normalement des cours chez l'enfant, l'adulte et la personne âgée. Il faut faire attention dans les faits car toutes les formations ne dispensent pas des cours sur toutes les populations. Certains masters sont plus orientés vieillissement. Qui plus est, la vraie différence se fera, à mon avis, sur les stages que vous choisirez durant votre cursus. C'est lors de vos stages que vous apprendrez à manipuler les outils spécifiques à l'enfant mais également à considérer les problématiques propres à cette population.

Pour ma part, je suis spécialisé chez l'adulte et la personne âgée. Je n'ai jamais fait de stage chez l'enfant et je ne me verrai pas travailler avec cette population. Il me faudrait investir énormément de temps pour acquérir le minimum. J'imagine que si c'était mon souhait, je pourrais demander un congé sans solde afin de m'inscrire en DU et de refaire une année de stage complète chez un collègue spécialisé chez l'enfant pour pouvoir redémarrer quelque chose mais rien que l'idée de devoir me retaper toute une littérature sur le sujet me donne des maux de tête !

Enfin, notez que certains ont constamment jonglé entre des stages chez l'enfant et l'adulte et exercent des mi temps avec les deux populations. C'est aussi une possibilité bien que (et ce n'est que mon avis) cela demande un investissement extrêmement conséquent, loin d'être accessible à tout le monde.

Un neuropsychologue ayant un master obtenu en France peut-il travailler à l'étranger ?

La majorité des pays où la neuropsychologie est développée demande un doctorat en neuropsychologie, soit un bac+8. Si votre projet est de vous expatrier par la suite, ne vous arrêtez pas au master. Mieux : partez dans le pays de votre choix avant la fin de vos études, les choses ne seront que plus faciles pour vous et retrouver un travail en France sera beaucoup plus simple que la démarche inverse.

Le neuropsychologue est-il amener à travailler avec des psychologues spécialisés dans d'autres domaines ?

Bien sûr. Il y a des services où collaborent des psychologues "cliniciens" et des psychologues-neuropsychologues. Il y a aussi des services qui ont des liens spécifiques avec d'autres services, impliquant des collaborations avec d'autres psychologues. Les choses dépendent beaucoup de la volonté du chef de service et de vos propres désirs...

Par contre, je ne comprends pas ce que vous entendez par cette question :

Peut-il travailler hors relation patient -practicien ?

bon courage pour votre cursus.

un conseil : posez vous les bonnes questions mais ne vous en posez pas trop quand même. Il y a des choix, des positions que l'on ne peut prendre qu'après un peu de recul sur les cours, sur ses propres désirs qui évoluent au cours des années de facs, des profs que l'on a eu, etc. J'ai connu des étudiants qui étaient persuadés de vouloir faire neuropsychologie et qui se sont réorientés en fin de master 1 vers autre chose. Je crois qu'ils avaient un peu trop vite tracé le route sans prendre le temps de regarder autour d'eux ce qu'il y avait d'intéressant.

Dominique Cazin, Montreal (Canada)

Link to comment
Share on other sites

Je complète la réponse de Dominique

Le neuropsychologue peut-il travailler en temps que libéral et si oui dans quels contextes ?

Effectivement, il y a de nombreux psychologues-neuropsychologues installés en libéral. Ils peuvent intervenir aussi bien auprès d'enfants, d'adultes jeunes ou de seniors pour des bilans neuropsychologiques, la mise en place de projets à l'école pour les enfants, des séances de stimulation/rééducation, des "ateliers mémoire" de groupe ou individuels... En gros, les mêmes missions qu'en institution, la collaboration avec les autres intervenants étant toutefois différente (bien que toujours présente).

Virginie Biscay
Service Pédiatrie au CH Grasse,
Cabinet libéral à Mouans-Sartoux (06)

Link to comment
Share on other sites

Guest natich

Je vous remercie beaucoup pour le temps que vous avez pris pour répondre et vos réponses.

Par une relation hors patient practitien j'entend, hors d'un cadre hospitalier, centres spécialisés... dans un domaine complètement différent (la personne qui s'occupe de l'APE nous a évoqué par exemple que des neuropsychologues travaillaient dans le domaine de la publicité...).

En effet je ne suis qu'en première année et la neuropsychologie est le domaine qui à l'heure actuelle m'intéresse le plus, ce qui ne veut pas dire que c'est celui que je choisirai après la licence... Je m'informe pour avoir une idée plus concrète de ce métier.

Link to comment
Share on other sites

  • 7 years later...
Guest URGENT pleins de questions
Le 03/11/2009 à 18:30, CarineB a dit :

J'aimerais rectifier tes propos François, car c'est grâce aux sciences cognitives que j'ai pu être psychologue.

Je m'explique: après mon deug de biochimie et biologie cellulaire, j'ai fait une licence et maîtrise de sciences cognitives. Et c'est là que j'ai découvert la psychologie cognitive et la neuropsychologie. J'ai ensuite été admise en M2 de neuropsy et également en équivalence de L3 de psycho (puis maitrise) pour valider le titre.

En réalité, les sciences cognitives sont un champ très vaste comme tu le disais dont le paradigme de base est le traitement de l'information. A la différence de la psychologie cognitive ou de la neuropsychologie, les sciences co ne se cantonnent pas à l'étude de l'humain, mais également de l'animal et travaille beaucoup sur les interfaces homme-machine. J'ai donc pu découvrir les réseaux de neurones artificiels, la réalité virtuelle, les mathématiques floues, mais aussi l'ergonomie, la neuropsychologie, la psychologie clinique, les neurosciences...en suivant ce cursus.

En ce qui concerne la finalité des sciences cognitives, elle réside essentiellement dans un emploi de chercheur. Mais ça peut être un bon cursus de découverte de différentes orientations pour choisir celle qui nous correspond. Moi, je suis devenue neuropsychologue, une autre ergonome, un autre fait actuellement de la recherche à Boston...

J'irai même plus loin en disant que pour moi, la psychologie cognitive peut être considérée comme une partie des scxiences cognitives.

Bonjour! J'aimerais vous poser pleins de questions, puis je vous contacter en me donnant votre facebook ou votre mail ? 

Je suis étudiante en Licence 3 de biologie et j'aimerais continuer dans la neuropsychologie et les sciences cognitives pour découvrir ! Votre parcours est exactement ce que je vis

Link to comment
Share on other sites

Le 09/01/2018 à 21:28, Invité Laura.Z urgent pleins de q a dit :
[mention=710]CarineB[/mention] Bonjour, j'aurais pleins de questions à vous poser au sujet de votre parcours car je vis la même chose je suis en licence 3 de biologie et je ne sais pas quoi faire pour me diriger dans la neuropscyhologie ! Puis je vous contacter par facebook ou par mail ? 

Bonsoir, Vous pouvez m'écrire à arangois.carine@ladapt.net

 

 

 

 

  • Like 1

Carine (Béhar) Arangoïs

50% Equipe Mobile d'Évaluation Gérontologique, Centre Hospitalier de Rochefort

Link to comment
Share on other sites

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...