Jump to content
Le forum de l'OFPN
  • DominiqueC
    DominiqueC

    Le VOSP en neurologie - quelles épreuves pour quels patients


    Introduction: Le Visual Object and Space Perception (VOSP) test battery (Warrington & James, 1991) est basé sur un modèle de reconnaissance visuelle développé par McCarthy et Warrington (1990), qui ont proposé trois sous types de déficits dans la reconnaisance des objets : trouble de la discrimination visuelle, agnosie perceptive et agnosie associative.

    Le VOSP évalue les processus perceptifs indépendamment des troubles cognitifs et moteurs potentiels et discrimine le processus d’identification des objets (voie du QUOI) de celui de la localisation dans l’espace (OU) (Rapport, Milli, & Bonello, 1998; Warrington & James, 1991).

    En accord avec les données de Mishkin, Ungerleider, et Macko (1983), ces deux processus dépendent d’un réseau ventral (occipito temporal) et dorsal (occipito pariétal)

    Au départ, l’épreuve a été construite pour discriminer les troubles cognitifs chez les patients hémisphériques droits.

    Rappel psychométrique:

    • Variables démographiques

    -Age : Déclin après 50 ans et après 70 ans de manière plus spécifique (Number Location, Object Decision, Progressive Silhouettes, Silhouettes)

    -Sexe : Données controversées, mais aucune norme disponible qui distingue les hommes des femmes

    -Education : Association modérée mais significative entre l’éducation et les performances aux subtests Localisation de chiffres (Bonello et al., 1997), Décision d’objets (Bonello et al., 1997; Herrera-Guzman et al., 2004) et Silhouettes (Herrera-Guzman et al.,2004). Idem entre le QI et les performances aux Silhouettes (r = .29 to .30; Bird et al., 2004; Bonello et al.,1997), le dénombrement de points (r = .27; Bonello et al., 1997), et l’analyse de cubes (r = .29; Bonello et al., 1997).

    -Culture/ethnie : Données controversées

    • Données psychométriques

    -Echantillon : 200 sujets pour les subtests 1, 5, 6, 7, and 8; et 150 sujets pour les tests 2, 3, and 4. Age (20-69)

    Et ? C’est tout ! Pas d’autres données concernant Warrington…

    Limites incontestables aux normes utilisées par les cliniciens :

    -échantillon avec un QI un peu au dessus de la moyenne : 110

    -échantillon uniquement composé de patients suivis en neurologie

    -la batterie n’a pas été passée par l’ensemble de l’échantillon mais deux échantillons différents

    -pas de différentiation selon le genre

    Bonello (1997) s'est intéressé aux propriétés psychométriques des normes proposées dans le VOSP sur un nouvel échantillon composé de 111 personnes âgées (45 hommes, 66 femmes) âgées de 50 à 84 ans (M = 68.2, SD = 9.5). Education : de 4 à 18 années (M = 13.3, SD = 2.2). Les volontaires ont été recrutés parmi des centres d’activités pour personnes âgées et des paroisses.

    Effet du genre : Les femmes de l’échantillon étaient plus âgées et moins éduquées que les hommes. Après appariement stricte (n=43), aucun effet n’a été objectivé.

    Effet de l’âge : les analyses ont permis de diviser l’échantillon en 2 groupes : les moins de 70 ans et les plus de 70 ans. A partir de cette distinction, les auteurs montrent :

    un effet de l’âge sur : la localisation de chiffres, la décision d’objets, les Silhouettes progressives, et les Silhouettes

    Aucun effet n’a été retrouvé pour le dénombrement de points, les lettres dégradées, et la discrimination de position.

    Consistance interne (homogénéité): les scores les plus élevés ont été retrouvés pour les subtests analyse de cubes, silhouettes et localisation de chiffres (alpha > .70). Le dénombrement de points, les lettres dégradées, la décision d’objets et la discrimination de poisitions ont obtenu des scores entre .41 et .58. Comme prévu pour un test à deux items, l’alpha pour les silhouettes progressives a été évalué à < .30).

    Spécificité : Localisation de chiffres et Silhouettes (.70 approx), décision d’objets et discrimination de positions (.80 approx), lettres dégradées, silhouettes progressives, dénombrement de points et analyse de cube (.90 approx).

    Conclusion:

    • Le cut off de 50 ans n’est pas adapté pour une population gériatrique
    • La localisation de chiffres et les silhouettes sont trop peu spécifiques
    • Le subtest Silhouettes, Décision d’objets et Silhouettes progressives montrent un effet de l’âge majoré chez les plus 70 ans et plus.
    • Un effet plafond a été observé pour trois subtests : Les lettres dégradées, le comptage de points et la discrimination de positions avec un minimum de 96% de bonnes réponses pour chaque participant.
    • Il existe des erreurs dans le subtest localisation de chiffres !

    De nouvelles études:

    Warrington a conçu cette batterie pour discriminer les troubles cognitifs chez ses patients hémisphériques droits versus HG. Toutefois, cette batterie a également été utilisée pour des populations plus spécifiques:

    • Huntington’s disease (Lawrence, Watkins, Sahakian, Hodges, & Robbins, 2000)
    • Lewy body dementia (Calderon et al., 2001)
    • Atypical Parkinsonian syndromes (Bak, Caine, Hearn, & Hodges, 2006).
    • Posterior cortical atrophy (Videaud et al., 2009)

    Maladie de Huntington (Lawrence, Watkins, Sahakian, Hodges, & Robbins, 2000):

    Présuposé : Les ganglions de la base seraient un relais indispensable, aussi bien pour le traitement perceptif que spatial (Baizer et al., 1993; Yeterian and Pandya, 1995; Goldman-Rakic, 1995; Levy et al., 1997)

    Les lésions centrales dans la maladie de Huntington se concentrent dans les ganglions de la base.

    Echantillon de l’étude : 19 patients avec confirmation génétique de la maladie et signes cliniques. Age moyen de 47,5 ans (SD 9.8 ans). Age de début de l’apparition des troubles 42.5 ans (SD 9.2 ans) et durée moyenne de la maladie 5 ans (SD 2.7 ans).

    Groupe contrôle apparié “au mieux” en âge et QI (évaluation par la NART)

    Résultats de l'étude: Un seul test était déficitaire pour ces patients : le subtest décision d’objets, 7 des 18 patients atteints d’une maladie de Huntington ont obtenu un score inférieur au 5eme centile sur cette épreuve.

    Pour les auteurs, le fait que les patients ont, dans l’ensemble, obtenu des performances normales sur le VOSP va dans le sens d’une préservation des capacités perceptives dans la maladie.

    Pour eux, le subtest décision d’objets implique autant les processus attentionnels et les mécanismes de décision que les capacités perceptives. Les patients obtiendraient des performances déficitaires sur cette épreuve du VOSP à cause de dysfonctionnements des deux premiers processus cognitifs.

    La maladie à corps de Lewy (Calderon et al., 2001):

    Calderon a comparé des patients MA avec des patients DCL sur plusieurs fonctions cognitives dont les capacités visuo spatiales à l’aide du VOSP.

    Echantillon : 10 patients DCL et 17 contrôles. Tous les patients DCL présentaient des hallucinations.

    Les trois groupes étaient comparables en âge (F(2,35)=1.5; p>0.5), et niveau d’éducation (F (2,33)=1.6; p>0.5)

    Les auteurs ont utilisé les subtests suivants : screening, lettres dégradées, silhouettes, décision d’objets et analyse des cubes

    Résultats: Les trois groupes ont obtenu des résultats comparables sur le test de screening avec des performances normales.

    Sur les subtests lettres dégradées, décision d’objets et analyse de cube, les auteurs ont relevé des différences très importantes entre le groupe DCL et les groupes MA et Contrôle.

    Le subtest silhouettes a été échoué de manière comparable par les patients MA et DCL

    La tâche d’identification de silhouettes nécessite de nommer ou d’identifier la silhouette d’animaux ou d’objets positionnées dans une perspective inhabituelle. Cette tâche implique des capacités perceptives mais aussi sémantiques.

    La seule reconnaissance d’une silhouette comme étant réelle ou non n’implique que l’utilisation du lobe temporal droit contrairement à la récupération du nom qui implique, elle, le lobe temporal gauche.

    Sur la base de données récentes, les patients DCL ont des déficits sur les deux voies, ventrales et dorsales, un profil qui peut être observé chez les patients MA mais uniquement dans les derniers stades de la maladie

    Le test le plus spécifique est l’épreuve des lettres dégradées : il est bien réussi par les contrôles et les patients déments non DCL. De plus il est fortement corrélé aux hallucinations visuelles.

    Syndromes Parkinsoniens atypiques (Bak, Caine, Hearn, & Hodges, 2006):

    Contrairement à la maladie de Parkinson et à la maladie à corps de Lewy, aucune étude n’a tenté de discriminer les troubles visuo perceptifs des troubles visuo spatiaux dans les syndromes parkinsoniens atypiques.

    L’évaluation des capacités visuo spatiales dans les SPA est perturbée par de nombreuses variables comme la rigidité, la bradykinésie, le tremblement, la micrographie, l’ataxie et l’apraxie. On retrouve également le ralentissement psychomoteur, la dysarthrie et l’apraxie de la parole. Les déficits attentionnels, la flexibilité et la mémoire de travail ont également un impact sur les performances. Si aucun test ne peut supprimer toutes variables, les auteurs pensent que le VOSP est la batterie la plus susceptible de minimiser l’influence des aspects moteurs, attentionnels, mnésiques et exécutifs.

    Echantillon : 20 patients atteints d’atrophie multi systématisée* (MSA), 43 atteints de paralysie supranucleaire progressive (PSP), et 25 atteints de dégénérescence cortico basale (CBD) ainsi que 30 contrôles

    Résultats:

    Atrophie multi systématisée: aucune différence entre ces patients et les contrôles sur l’ensemble de la batterie

    Paralysie supranucleaire progressive: déficits prioritairement sur les subtests “silhouettes’, “dot counting”’ et “localisation de chiffres” (génération de mots et ophtalmoplégie)

    Dégénerescence cortico basale: déficit sur l’ensemble de la batterie et performances moins bonnes que le groupe PSP pour les subtests lettres dégradées, dot counting et analyse de cube.

    Atrophie corticale postérieure (Videaud et al., 2009):

    Présupposé : Deux types d’ACP ont été rapportés :

    -ACP dorsales (dysfonctionnements visuo spatiaux et visuomoteurs jusqu’au syndrome de Balint : siimultagnosie, apraxie et ataxie optique; au syndrome de Gerstmann : acalculir, désorientation droite/gauche, agnosie digitale et agraphie; apraxie d’habillage et aphasie.

    -ACP ventrales : alexie, agnosie pour les objets et prosopagnosie

    Les auteurs ont souhaité tester le VOSP sur deux patients atteints d’une ACP de type dorsale avec l’hypothèse que seuls les subtests visuo spatiaux seraient déficitaires.

    Résultats: Echec pour les deux patients sur la quasi-totalité du VOSP…

    Bonne sensibilité pour le PEGV par contre !

    Deux types d’items différents au final : présentation conventionnelle pour le PEGV, prototypique ou dans un angle différent pour le VOSP

    Carey, and McCarthy (1997) : le conventionnel serait médiatisé par la voie ventrale, le non conventionnel par la voie dorsale.

    Intérêt d’utiliser les deux épreuves et pas uniquement le VOSP.

    Existences d'autres normes, l'exemple d' Herrera-Guzman

    Herrera-Guzman, I, J Pena-Casanova, J P Lara, E Gudayol-Ferré, and P Böhm. €œInfluence of age, sex, and education on the Visual Object and Space Perception Battery (VOSP) in a healthy normal elderly population.€ The Clinical neuropsychologist 18, no. 3 (August 2004): 385-94. http://www.ncbi.nlm....pubmed/15739810.

    Merten et les silhouettes

    Thomas Merten, An analysis of the VOSP Silhouettes Test with neurological patients.€ Psychology 48, no. 4 (2006): 451-462.

    Pour Thomas Merten, les résultats de cette étude montrent que le subtest Silhouettes de la batterie VOSP devrait être utilisé avec précaution.

    • Faible corrélation ente les deux sous parties animaux versus objets : pose question sur l’utilisation d’un seul score global.
    • Contrairement au VOT et au Block Design, aucune différence n’a été observée sur les performances des patients hémisphériques droits et gauches.
    • Corrélations item-score total varient de 0.09 à 0.48 avec une bonne partie d’items à 0.20, ce qui a été jugé très insuffisant par Merten.
    • Ordre de présentation des items ne semble pas respecter l’évolution croissante de difficulté dans chacune des deux listes. Ce fait apparait gênant si l’on applique strictement le mode de passation avec un arrêt de l’épreuve après 5 échecs consécutifs.
    • Enfin, parmi les items difficiles, le canard a été à l'origine de nombreux commentaires sur l'intérêt de l'épreuve voire son non sens.

    User Feedback

    Recommended Comments

    Merci Dominique pour ce récapitulatif des données disponibles. On a parfois tendance à continuer d'utiliser des outils dont on sait qu'ils sont parfois mal normés parce qu'on ne dispose de rien d'autre, ce qui est le cas à mon avis pour les aspects visuo-perceptifs... mais là au moins les choses sont claires !

    Link to comment
    Share on other sites

    Merci Virginie pour ton message. Ton propos résonne, je trouve, avec nos discussions autour de la défense de notre temps FIR, du nombre de patients à évaluer, etc. Il est clair que le métier de neuropsychologue impose une mise à jour importante et fréquente de nos connaissances. Il me parait évident que les informations que je donne ici ne vaudront bientôt plus rien, sont peut être même déjà réfutées...

    La discipline ne gagnera ses lettres de noblesse en France qu'en proposant des professionnels hautement qualifiés, qui remettent en cause leurs connaissances régulièrement :)

    • Like 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Merci pour ce sujet !!! Ca me rassure, parce qu'effectivement à force d'utiliser cette batterie, je trouvais finalement la sous partie Silhouettes parfaitement inintéressante et bien trop difficile pour les patients, alors que la partie "Lettres dégradées" est une vraie mine d'informations, particulièrement lorsque le patient présente une simultagnosie qui fait qu'il tente de trouver des lettres dans les "bouts" grignotés de la grande lettre ...

    mercii.gif encore !

    Link to comment
    Share on other sites



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...