Jump to content
Le forum de l'OFPN
  • Antoine A
    Antoine A

    Effet de la prématurité sur le fonctionnement de la voie dorsale


    Andreia Santos de l’Institut de Neurosciences Cognitives de la Méditerranée (INCM-CNRS) et ses collaborateurs viennent de publier une étude sur un groupe d’anciens prématurés évalués à l’âge de 6 ans. Les résultats de cette étude montrent que l’âge de gestation a une influence importante sur le développement normal de la cognition visuelle.

    Malgré plusieurs années d’évolution dans un environnement favorable, des conséquences à long terme ont été identifiées dans une tâche visuo-constructive, ce qui amène les auteurs à envisager une fragilité de la voie dorsale.

    Introduction :

    Les progrès des soins périnataux et néonataux se sont accompagnés d’un taux de survie plus important des enfants nés prématurés. La cognition visuelle est une des fonctions les plus affectée par la prématurité (Atkinson & Braddick, 2007). Le fait pour ces enfants d’être placés dans un environnement visuel à une période où leur système visuel est extrêmement immature, pourrait avoir des conséquences sur leur développement visuo-cognitif. La visuo-construction est un des domaines les plus touché chez les enfants anciens prématurés d’âge scolaire. En comparaison des enfants à terme, les prématurés ont des performances moindres en copie de figures ou en dessin. Les données sont moins évidentes en ce qui concerne le niveau visuo-perceptif mais dans l’ensemble ce domaine apparaît mieux préservé.

    Méthode :

    Sujets :

    L’étude a porté sur 21 enfants de 6 à 9 ans nés avant 32 semaines de gestation avec un poids de naissance moyen de 1200 grammes et 21 sujets contrôles nés à terme, appariés selon l’âge, le sexe et le niveau socio-culturel. Les patients n’avaient aucune anomalie congénitale, neurologique, visuelle, physique, intellectuelle, comportementale ou d’apprentissage. L’examen neuropsychologique a été réalisé avec la BREV , une batterie rapide d’évaluation cognitive développée par l’équipe du Dr Catherine Billard à l’hôpital Bicêtre en région parisienne.

    Procédure :

    Tous les sujets ont réalisé deux tâches visuo-spatiales validées par Rondan et coll. (2007), l’une visuo-constructive (Fig.1 et 2) et l’autre visuo-perceptive. Dans la première, les sujets devaient dessiner la configuration hiérarchique basée sur des lettres ou des formes, avec l’idée de voir quelle serait l’influence des traitements locaux versus globaux. La tâche visuo-perceptive était anaologue : sur un écran d’ordinateur, les sujet voyaient apparaître des stimuli similaires à la tâche visuo-constructive. Ils devaient alors choisir rapidement parmi deux propositions, celle qui selon eux ressemblait le mieux au modèle. Les deux choix se faisaient soit sur une proposition identique selon la forme globale mais avec des éléments locaux différents, soit l’inverse. Il était alors possible d’identifier sur un mode visuo-perceptif, si les sujets privilégiaient un traitement de la forme local ou bien global.

    dessin%20visuoconstruction1.png

    Dessin%20visuoconstruction2.png

    Résultats :

    Pour la tâche visuo-constructive, les auteurs ont observé que les anciens prématurés avaient des performances moindres que les contrôles uniquement pour le traitement global de la figure. En revanche, pour la tâche visuo-perceptive, les deux groupes ne différaient pas. D’autre part les performances en traitement global des prématurés s’améliorait avec l’augmentation de l’âge de gestation et du poids de naissance.

    Discussion :

    Les auteurs écartent toutes influences motrice, attentionnelle ou cognitive générale pour expliquer les difficultés visuo-constructives des anciens prématurés, se référant en cela à la dissociation dans le traitement global entre la tâche visuo-constructive et l’équivalent visuo-perceptif.

    L’étude met en avant au travers des bonnes performances lors de la tâche visuo-perceptive, la préservation de la voie ventrale ou occipito-temporale (impliquée dans la reconnaissance des formes, des objets, des visages ou des couleurs). A l’inverse la prématurité semble affecter au travers des difficultés visuo-constructives, la voie dorsale ou occipito-pariétale (impliquée dans la planification visuo-motrice ou l’organisation spatiale). Ces données vont dans le sens de la notion de vulnérabilité de la voie dorsale (Atkinson, 2000), déjà observée dans certains troubles développementaux tels que l’autisme, ou le syndrome de Williams, mais qui est ici rapporté pour des sujets prématurés sans autre particularité.

    Pour expliquer la plus grande vulnérabilité de la voie dorsale, les auteurs formulent l’hypothèse à la suite de Gunn et al. (2002), que le développement plus long de cette voie l’exposerait davantage. Enfin, notons que d’autres auteurs ont rapporté des liens entre le poids de naissance ou l’âge de gestation et les performances cognitives (voir Casey, Cradock & Anand, 2002 pour méta-analyse).

    Santos, A., Duret, M., Mancini, J., Gire, C., & Deruelle, C. (2009). Preterm birth affects dorsal-stream functioning even after age 6. Brain and cognition, 69 : 490-494

    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...