Jump to content
Le forum de l'OFPN
  • DominiqueC
    DominiqueC

    Modifications de l'indice de masse corporelle et risque de maladie d'Alzheimer


    L'indice de masse corporelle est très utilisé et largement associé à des facteurs de risque pouvant amener au décès comme les pathologies cardiovasculaires, le diabète ou encore l'hypertension.

    La maladie d'Alzheimer serait associée à une chute de l'indice de masse corporelle (IMC) au cours de la progression de la maladie et les signes cliniques de cachexie seraient également liés à une plus grande mortalité chez les patients MA. Toutefois les études qui ont porté sur les liens entre IMC et MA restent contradictoires, certaines études retrouvant un risque de mortalité accru au décours de la chute d'IMC, d'autres retrouvant le contraire.

    Les auteurs ont tenté de clarifier la situation en s'intéressant à des données sorties de la Religious Order Study, une étude épidémiologique longitudinale. Les participants ont été évalués annuellement sur la taille, le poids, le fonctionnement cognitif et les critères potentiels de démence.

    Le but de l'étude a donc porté sur les relations entre l'IMC au début de l'étude, son évolution au cours du temps et le risque incident de développer une MA.

    Méthode :

    -Les participants ont été recrutés parmi des membres âgés du clergé catholique américain. De janvier 1994 à décembre 2003, 832 personnes ont été sélectionnées et ont complété en moyenne 6 évaluations (6.6 +/- 2.8).

    -Evaluation clinique : chaque participant a bénéficié d'un bilan complet comprenant une mesure du poids et de la taille, une évaluation cognitive et neurologique.

    L'évaluation cognitive comprenait 19 tests neuropsychologiques.

    Résultats :

    IMC et incidence de la MA

    Sur une période de 5.6 ans, 151 personnes ont développé la maladie d'Alzheimer. Les personnes ayant développé la maladie étaient plus âgées et avaient des scores plus bas sur l'indice de masse corporelle et l'efficience cognitive au départ de l'étude.

    L'IMC de départ et son évolution au cours de l'étude ont également été liés au risque incident de développer une MA.

    Une personne avec un IMC de 21 au départ de l'étude avait 30% de risque de plus de développer une MA comparativement à une personne avec un indice de 27 par exemple. De même, une chute d'un point d'IMC par an était associée à un risque augmenté de 25% de développer la maladie comparativement à une personne ne présentant pas de modification de son indice de masse corporelle.

    IMC et déclin cognitif

    Les auteurs ont également étudié les relations entre l'IMC et le déclin cognitif, celui ci représentant la principale manifestation de la MA. Ils ont utilisé un score global de fonctionnement cognitif à partir de la batterie qu'ils ont constitué, les scores de base allant de ?1.74 à 1.42, les scores les plus haut représentant les fonctionnements cognitifs les plus efficients.

    Le déclin cognitif est apparu plus rapide chez les personnes ayant les scores les plus bas d'indice de masse corporelle. Un participant présentant une chute d'un point d'indice/an présentait un déclin augmenté de 35% sur le plan cognitif comparativement à un individu stable sur le plan de l'IMC par exemple.

    Discussion :

    Dans un groupe de plus de 800 personnes âgées et non démentes, une perte d'indice de masse corporelle a était associée à un risque accru de développer une maladie d'Alzheimer durant les 10 années de suivi de l'étude. De plus, l'IMC a également été associé à des changements du fonctionnement cognitif global.

    L'indice de masse corporelle est communément associé à des risques accrus de mortalité avec des troubles tels que les pathologies cerebrovasculaires, l'hypertension et le diabète. Toutefois, ces effets délétères ont souvent été associés à des IMC élevés. De nombreuses études ont montré que les patients MA ont un poids et un IMC moins élevés et qu'ils perdent de l'IMC au cours de la maladie. Cet état de fait pourrait résulter de certains comportements alimentaires et du dysfonctionnement mnésique, entre autre.

    Les relations entre IMC et MA restent pourtant controversées.

    Cette étude suggère que le déclin de l'indice de masse corporelle est un signe des premières manifestations cliniques de la MA. Bien que la chute de l'IMC pourrait représenter un véritable facteur de risque pour la maladie, les auteurs pensent qu'une autre explication possible serait que les facteurs de risque associés au développement de la MA pourraient conduire à une perte de masse corporelle. Par exemple, l'atrophie du lobe temporal médian et de l'hippocampe est liée au poids dans la maladie d'Alzheimer. De même, l'hypométabolisme du gyrus cingulaire ou de l'hypothalamus peut dérégler le contrôle biologique du poids et contribuer au déclin de l'IMC. De récentes études suggèrent que les modifications du poids pourraient être secondaires à une atteinte nigrostriatale comme dans la maladie de parkinson, dans laquelle les modifications hypothalamiques et du système nerveux autonome peuvent affecter l'appétit et le métabolisme énergétique. Ces structures sont aussi touchées dans la maladie d'Alzheimer.


    Source :A.S. Buchman- Change in body mass index and risk of incident Alzheimer disease - Neurology 2005 ;65 : 892-897

    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...