Jump to content
Le forum de l'OFPN
  • DominiqueC
    DominiqueC

    La piste du zinc dans la maladie d'Alzheimer


    Le zinc est un complément nutritionnel courant pour des millions de consommateurs mais, il s'avère un métal bien mystérieux pour les scientifiques qui étudient le rôle du zinc dans la maladie d'Alzheimer, les traumatismes et d'autres problèmes de santé. Ils commencent tout juste à comprendre comment le corps gère les niveaux de zinc et ce qui le fait devenir un élément impliqué dans la bonne santé ou la maladie.

    Les chercheurs ont maintenant développé un détecteur de métaux biochimique pour aider à lever le mystère. C'est un bio-senseur qui a récolté les premières mesures du zinc présent à l'intérieur des cellules vivantes. L'étude a été publiée dans le numéro de Mars de la revue Chemical biology et a été conduite par Rebecca A. Bozym et al, de l'université de biochimie et de biologie moléculaire du Maryland.

    Les auteurs ont décrit cette nouvelle recherche comme « un bond en avant » et ont prévu « de nombreuses autres percées encore plus passionnantes » dans la mesure des niveaux de métaux dans les cellules humaines.

    Le corps humain ne contient pas plus de 2 à 3 grammes de zinc. Le métal est un composant clef pour les enzymes et d'autres substances impliquées dans le fonctionnement du système nerveux, la réaction immunitaire et le système reproducteur.

    « Nous croyons que cette nouvelle technique peut nous aider à comprendre comment le zinc est impliqué dans la formation des plaques séniles dans la maladie d'Alzheimer, dans la destruction cellulaire lors de crises épileptiques ou de traumatismes et enfin, comment les cellules allouent le zinc aux différentes protéines » rapporte Thompson.

    Thompson a expliqué que presque tout le zinc à l'intérieur des cellules est incorporé dans des protéines où il joue de nombreux rôles essentiels comme la facilitation du décodage génétique de l'ADN.

    « Nous savons que s'il y a une importante quantité de zinc non lié à une protéine dans la cellule, celle-ci est agressée et peu même être détruite. Ceci a été observé sur des modèles animaux de l'épilepsie ou de trauma. »

    Dans le passé, les scientifiques pouvaient seulement mesurer des niveaux relativement élevés de zinc dans les cellules malades. Une nouvelle technologie peut mesurer des concentrations très bas de zinc non lié (zinc libre) dans des cellules saines.

    La technique utilise une protéine spéciale re-construite pour signaler lorsque le zinc se lie à elle. Dans ce cas, il y a un changement de luminescence observable au microscope. Cette protéine est très sélective, reconnaissant d'infimes quantités de zinc libre.

    Etant donné l'importance du zinc dans la bonne santé mais également l'avènement des pathologies, les scientifiques cherchent, depuis plus de 10 ans, comment mesurer le zinc à l'intérieur et à l'extérieur des cellules.

    "C'est une découverte importante," souligne Sarah B. Tegen, rédactrice en chef de l'ACS. "Nous devons savoir comment le corps contrôle les niveaux de zinc à l'intérieur des cellules. Trop de zinc peut tuer des cellules nerveuses. Inversement, avec une trop faible quantité, les cellules nerveuses ne fonctionneront pas correctement.

    « Maintenant nous avons un détecteur de métaux et cette technologie peut mesurer des quantités infimes de zinc à l'intérieure des cellules vivantes. La compréhension des mécanismes de stockage et de libération du zinc pourrait nous aider à avancer sur le fonctionnement des dégâts neuronaux. »

    Source: http://www.physorg.com/news11966.html

    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...