Jump to content
Le forum de l'OFPN
  • DominiqueC
    DominiqueC

    La démence fronto-temporale progresse plus rapidement que la maladie d'Alzheimer


    Chez les patients déments, le déclin cognitif et la perte d'autonomie ne sont qu'une part de la maladie. Depuis quelque temps, il est clairement établi que ces pathologies sont également à l'origine d'un décès prématuré. Si cette mortalité a été plutôt bien étudiée chez les patients Alzheimer (MA), avec des courbes de survies s'étalant de 3,5 à 6 ans après le diagnostic, les informations sont bien moins nombreuses lorsqu'il s'agit des autres démences dégénératives.

    Les dégénérescences fontolobaires (DFL) sont une cause importante de démence et regroupent trois syndromes cliniques hétérogènes sur le plan neuropathologique : la démence frontotemporale (DFT), la démence sémantique (DS) et l'aphasie primaire progressive (APP). Les DFL montrent des points communs avec la dégénérescence cortico basale (DCB) et la paralysie supranucléaire progressive (PSP) mais se distinguent bien de la MA, tant sur le plan clinique que neuropathologique. De plus, les patients DFL peuvent décliner plus rapidement.

    Les patients avec maladie de Pick, une sous catégorie neuropathologique des DFL, déclinent plus rapidement que les patients MA sur certaines mesures fonctionnelles et neuropsychologiques.

    Les auteurs ont donc tenté de caractériser les courbes de survie chez les patients DFL, directement en comparaison avec les résultats obtenus chez les patients MA et DCB/PSP.

    Résultats :

    Courbe de survie :

    Pour les patients DFL, la médiane est de 11,0 +/- 0,9 ans à partir du premier symptôme détecté et de 3,6 +/- 0,4 ans à partir de la première consultation. Parmi les 3 catégories, les patients DFT ont montré une survie plus courte que pour les patients SD (3,0 +/- 0,5 versus 5,3 +/- 0,4 à partir de la première consultation). Les patients APP étaient intermédiaires avec une survie de 4,2 +/- 1,1 ans après la première consultation.

    Les patients MA ont montré une survie plus longue que les patients DFL (11,7+/- 0,6 à partir des premiers signes, 5,7 +/- 0,1 après la 1ere consultation).

    Facteurs démographiques :

    L'étude n'a révélé aucun facteur significatif sur l'âge de début, le genre ou le nombre d'années d'étude sur la survie.

    Profil neuropsychiatrique :

    Aucun score au NPI n'a été corrélé significativement à la survie des patients.

    Tests neuropsychologiques :

    Ni le score total au MMSE ou les subtests pris séparément n'ont affecté la survie des patients.

    Des mauvaises performances sur les empans envers et les fluences littérales, 2 tests très dépendants des boucles sous cortico frontales, étaient associées à une réduction significative de la survie chez ces patients.

    Examen neurologique :

    Deux signes sont particulièrement recherchés lors de l'examen pour ce type de patient : le parkinsonisme et la sclérose amyotrophique latérale (ALS). Si le parkinsonisme n'a pas été corrélé avec un déclin plus rapide, l'ALS s'est révélée dramatiquement associée à une mortalité accrue des patients DFL (4,9 +/- 1,6 ans).

    Il est intéressant de retenir que la majorité des patients DFL avec une ALS associée étaient DFT (18/21).

    Neuropathologie :

    Il existe 3 substrats neuropathologiques pour les DFL

    -Maladie de Pick avec inclusions tau positive

    -DFL-U avec ubiquitine positive mais inclusion tau négative

    -DLDH sans tau ou ubiquitine inclusions.

    La survie la plus courte était associée au type DFL-U (3,9 +/- 1,5 ans), puis DLDH (7,1 +/- 1,4 ans) et enfin maladie de Pick (12,4 +/- 1,4 ans). Les auteurs retiennent l'idée que le type « tau négative) progresse plus rapidement que le type « tau positive », quelque soit les signes neurologiques associés.

    Conclusion :

    Les auteurs de l'étude, qui se sont intéressés à une large cohorte de patients DFL, rapportent une progression plus rapide pour les patients DFT comparativement aux patients MA.

    Certains auteurs ont suggéré que la nosognosie partielle des patients et des familles, comparativement aux patients MA pourrait amener à une consultation plus tardive et donc une réduction de la courbe de survie. Quoiqu'il en soit, les auteurs de l'étude ne retiennent pas cette hypothèse pour plusieurs raisons. L'utilisation de la date des premiers signes est un indicateur qui permet de passer outre la première consultation. Deuxièmement, il n'y a aucune raison de penser que les comportements des patients DFT touchent moins les familles que ceux des patients MA, parfois considérer comme normaux d'ailleurs compte tenu de l'âge.

    3 facteurs ont été significativement associés à une différence de survie entre patients DFL et MA.

    -association d'une DFL avec une ALS,

    -une atteinte des circuits sous cortico frontaux comme le suggèrent les résultats neuropsychologiques,

    -le type « tau négative » comparativement aux patients « tau positive ».

    Au final, ces données montrent un intérêt particulier dans le cadre d'un diagnostic différentiel, visant à caractériser plus particulièrement les patients à risque élevé de déclin rapide. Un patient avec une maladie du motoneurone et un déficit en fluence littérale pourraient être considéré comme à risque. De même, les essais cliniques devraient tenir compte de cette survie plus courte comparativement à d'autres maladies dégénératives. Enfin, il semble important de pouvoir améliorer la compréhension de la pathophysiologie des cas tau négatif et le lien qui existe entre DFT et ALS.

    Source : E.D. Roberson et al., Neurology 2005 ;65 :719-725 Chez les patients déments, le déclin cognitif et la perte d'autonomie ne sont qu'une part de la maladie. Depuis quelque temps, il est clairement établi que ces pathologies sont également à l'origine d'un décès prématuré. Si cette mortalité a été plutôt bien étudiée chez les patients Alzheimer (MA), avec des courbes de survies s'étalant de 3,5 à 6 ans après le diagnostic, les informations sont bien moins nombreuses lorsqu'il s'agit des autres démences dégénératives.

    Source : E.D. Roberson et al., Neurology 2005 ;65 :719-725

    User Feedback

    Recommended Comments



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...