Jump to content
Le forum de l'OFPN
  • DominiqueC
    DominiqueC

    Des detecteurs de mouvements pour diagnostiquer la maladie d'Alzheimer ?


    Une étude de l'université de l'Oregon a montré que l'utilisation de capteurs de mouvements et de détecteurs de portes placés au domicile des personnes âgées pourrait aider à détecter des signes précoces de démence en lien avec le dysfonctionnement mnésique.

    Les résultats de cette étude, présentés la semaine dernière lors de la 10ème conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer à Madrid, montrent qu'une surveillance continue et discrète de l'activité au domicile peut être une manière fiable d'évaluer des changements de comportements moteurs qui peuvent se produire avec des modifications du fonctionnement mnésique.

    « Pour percevoir ces modifications, vous avez besoin de mesures multiples, durant les bons et les mauvais jours, et cela peut prendre des années » rapporte Tamara Hayes, professeur de technologie biomédicale à la School of Science & Engineering et auteur de l'étude. Tamara Hayes souligne également que la plupart des visites passées par des personnes âgées sont espacées sur plusieurs mois voir même des années, et leurs capacités mnésiques et motrices sont évaluées dans un nombre restreint de bilans et sur une période limitée dans le temps.

    « En revanche, dans cette étude, nous avons étudié l'activité des personnes âgées sans interruptions et dans leurs propres maisons » rapporte Hayes. « En mesurant l'activité d'une personne plusieurs fois sur une période courte, nous pouvons percevoir les variabilités individuelles et identifier des profils. S'il existe des modifications, vous pouvez les voir rapidement ».

    Le Mild cognitive impairment est un facteur de risque connu pour la démence. Des modifications de mesures cliniques d'activité, telles que la marche et la vitesse de tapping, se produisent à peu près au même moment que les modifications mnésiques dans la démence. En détectant des changements subtils d'activité au domicile d'une personne âgée, les chercheurs espèrent identifier plus efficacement les signes précoces de démence.

    Hayes et ses collègues de l' Oregon Center for Aging & Technology ont utilisé un système d'évaluation d'activité discret pour mesurer sans interruption la vitesse de marche au domicile et l'activité globale de 7 personnes âgées saines et de 7 personnes âgées MCI. Les sondes, posées chez ces personnes âgées appartenant à une communauté de retraités de Portland, ont enregistré des données durant 60 semaines consécutives et ont capturé plus de 108.000 heures de données d'activité.

    Les chercheurs ont trouvé que « les sujets MCI ont eu plus de variabilité dans leurs périodes de marche que le groupe contrôle » et cette variabilité était plus importante l'après-midi que le matin. Ceci est conforme avec des études précédentes qui ont montré que la variabilité des mesures motrices pourrait être un prédicteur précoce de démence.

    « En outre, les patients MCI étaient plus variables dans leur activité durant la journée comparativement aux individus contrôles. Cette différence s'est avérée la plus discriminante entre les deux groupes, même sur un groupe aussi petit que le notre » souligne Hayes. Les différences étaient discernables après seulement quatre semaines de surveillance.

    De telles différences sont souvent moins évidentes, voir imperceptibles, au cours d'un examen clinique typique. En fait, le désir de nombreuses personnes âgées de bien se comporter durant le bilan les poussent à tenir un pas plus rapide que le leur par exemple, masquant de potentielles modifications.

    Hayes et ses collègues prévoient que lorsque les personnes âgées commencent à développer un déclin cognitif, ils deviennent également plus variables d'un jour sur l'autre, voir même d'une heure à l'heure, et que « cette variabilité peut fournir un marqueur précoce qui peut être employé pour prédire le début de la démence ». Ils ont déjà commencé une étude plus large pour tester cette théorie.

    Une grande partie du matériel utilisé dans l'étude est simple, largement disponible et peu coûteux. Qui plus est, le matériel devient également plus petit et donc être déployé dans les maisons avec beaucoup moins d'inconvénients. Hayes souligne toutefois que ce sont bien les données qui constituent le noyau dur de l'évaluation et que « la majeure partie de notre recherche est concentrée sur le développement d'algorithmes ».

    Source: http://www.eurekalert.org

    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...