Jump to content
Le forum de l'OFPN

 

Congrès National de Neuropsychologie Clinique APPEL A COMMUNICATION

Vous avez été nombreux/ses à vous inscrire pour le CNNC d'octobre 2021 à Rennes et l'ensemble des bénévoles de l'OFPN vous en remercie !
Ce fut une longue réflexion que de décider du maintien en présentiel ou non, votre engouement nous a rassuré dans ce choix, nous nous retrouverons très bientôt en chair et en os !


Pensez à consulter le site du CNNC (http://www.cnnc.fr/ ) pour organiser votre venue en toute sérénité : informations sur les restrictions sanitaires, conseils transports et lieux d'hébergement, accessibilité, etc. 

 

N'hésitez pas à signaler votre présence aux autres membres via la calendrier : https://www.neuropsychologie.fr/calendar/event/527-congrès-national-de-neuropsychologie-clinique-2021/

  • DominiqueC
    DominiqueC

    Déclin mnésique plus rapide dans la phase préclinique de la MA chez les patients les plus éduqués ?


    Un bon niveau d'éducation serait associé à un déclin mnésique plus rapide dans la phase préclinique de la démence. C’est en substance ce que révèle Charles B. Hall (PhD) biostatisticien à l’ Albert Einstein College of Medicine (NY) dans un article paru dans le périodique Neurology d’octobre.

    Le chercheur a étudié un échantillon de 117 personnes atteintes de démence à partir d’une cohorte de 488 patients (Bronx Aging Study). L’échantillon fut suivi sur une période moyenne de 6 ans avec une évaluation cognitive annuelle et scindé selon le niveau d’éducation : de l’école primaire jusqu’à l’université.

    Hall a observé que, pour chaque année d’éducation supplémentaire, le déclin mnésique associé aux premiers stades de la démence était différé d’environ 2 mois et demi. Par contre, une fois cette phase dépassée, ces mêmes personnes ont vu leur rythme de déclin accélérer de 4% par année d’éducation supplémentaire. De précédentes études ont déjà montré que les personnes plus éduquées avaient un déclin mnésique plus rapide après le diagnostic de démence.

    Pour Charles B. Hall, la phase préclinique serait composée, en realité, d'une période de relative stabilité chez les personnes avec un bon niveau d'éducation puis d'un rapide déclin mnésique. Par exemple, une personne avec 16 années d’éducation pourrait expérimenter un déclin mnésique 50% plus rapide qu’une personne avec seulement 4 années d’études scolaires.

    Pour reprendre cet exemple : une personne, ayant bénéficié de 16 années d’éducation, diagnostiquée à l’âge de 85 ans aura débuté son déclin mnésique à peu près à l’âge de 81 ans, 3,8 ans avant son diagnostic. Une personne avec seulement 4 années d’éducation et également diagnostiquée à l’âge de 85 ans aura vu apparaitre le déclin mnésique aux alentours de 79 ans, soit 6,3 ans avant le diagnostic.

    Ce rapide déclin pourrait être expliqué grâce au concept de réserve cognitive, plus importante chez les personnes avec une éducation supérieure. Ces personnes pourraient avoir utilisé un mécanisme de compensation avec un diagnostic qui serait posé à un moment où les réserves seraient totalement épuisées et les symptômes beaucoup plus rapidement présents.

    Pour Hall, cette étude serait une des premières du genre à confirmer les prédictions faites sur la notion de réserve cognitive à un stade préclinique de la démence. Il est également important de ne pas mal interpréter le fond de cette recherche. Le chercheur ne prétend pas qu’une bonne éducation est une mauvaise chose par rapport à la démence et avoir, ne serait-ce qu’une ou deux années sans symptôme reste un bénéfice certains pour n’importe quel patient. Pour le docteur Mary Tierney, neuropsychologue au Sunnybrook Health Sciences Centre (Toronto), les personnes les moins éduquées pourraient également s’engager dans des activités connues pour alimenter la réserve cognitive : lire plus, avoir des activités sociales, s’amuser avec des puzzles voire même certains jeux vidéos. Même s'il reste difficile d'en démontrer l'impact pour le moment, il semble évident que "ca ne peut pas faire de mal !".

    Source: C. B. Hall (2007). Education delays accelerated decline on a memory test in persons who develop dementia. NEUROLOGY 2007;69:1657-1664

    Autre article de C.B. Hall à consulter sur le portail : Dementia incidence may increase more slowly after age 90

    Publications de C.B. Hall sur Neurology

    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...