27 articles dans cette catégorie

  1. Normes francophones pour la Dementia Rating Scale

    Teaser Paragraph:

    La Dementia Rating Scale, échelle bien connue des psychologues travaillant dans le champ du vieillissement, vient de s'enrichir de nouvelles données normatives... francophones qui plus est !

    Monica Lavoie et ses collaborateurs sont partis de plusieurs constats pour bâtir leur travail. La DRS est une échelle plus sensible que le MMSE dans la détection des modifications cognitives légères. Les facteurs sociodémographiques sont clairement reliés aux performances obtenues à l'épreuve, notamment le facteur âge (impact négatif) et le facteur éducation scolaire (impact positif). Quelques études ont également montré un effet de la culture sur les performances aux subtests ainsi que sur le score total. Ces données ont légitimé l'importance d'établir des normes propres aux francophones pour la DRS, aucune donnée n'existant pour cette population à ce jour.

    • 25 commentaires
    • 5 082 vues
  2. Normes robustes pour la DRS de Mattis

    • 9 commentaires
    • 5 127 vues
  3. L’erreur est humaine: variabilité des sujets sains aux épreuves neuropsychologiques et implications cliniques

    Teaser Paragraph:

    Une des tâches du neuropsychologue est de se prononcer quant à la présence d’un trouble cognitif chez un client et de contribuer à la démarche diagnostique. Dans le contexte de la gériatrie, ce rôle est particulièrement important pour différentes raisons. En effet, on cherche à identifier de plus en plus tôt les troubles cognitifs légers (ou MCI en anglais), afin de suivre de plus près ceux qui sont à risque de développer une démence. Récemment, des programmes d’intervention cognitive ont été développé pour les gens présentant un MCI, afin d’optimiser leur fonctionnement cognitif et tenter de retarder la conversion vers une démence. Inévitablement, la mise en évidence de difficultés cognitives, même légères, renvoie à des questionnements quant à l’aptitude à réaliser des tâches complexes telles que la conduite automobile.

    • 2 commentaires
    • 4 755 vues
    • 6 commentaires
    • 2 033 vues
  4. La subjectivité de la neuropsychologie

    • 2 commentaires
    • 1 902 vues
    • 7 commentaires
    • 3 562 vues
    • 34 commentaires
    • 19 569 vues
  5. Ces perfides centiles !

    • 10 commentaires
    • 6 876 vues
  6. Implications du théorème de Bayes dans notre démarche diagnostique

    Teaser Paragraph:

    Si un symptôme ou un regroupement de symptômes est pathognomonique d’une pathologie ou d’un trouble particulier, alors la probabilité a priori de tous ces symptômes peut être utilisée de manière interchangeable avec la prévalence du trouble dans une population donnée (Mc Caffrey et al., 2006). Maintenant, s’il existe un outil diagnostic afin de mesurer ce trouble et si la sensibilité et la spécificité de cet outil peuvent être calculées ou sont connues, alors toutes ces informations peuvent être utilisées pour obtenir une valeur prédictive. Puisque les cliniciens utilisent des outils diagnostics et basent leurs décisions sur les résultats obtenus à partir de leurs outils, il pourrait être particulièrement utile pour eux d’être capable d’approximer la précision d’un test lorsque celui-ci « classe » un individu comment susceptible ou non de présenter le trouble.

    • 4 commentaires
    • 1 972 vues
    • 5 commentaires
    • 3 685 vues
  7. Le SWAT : test de mémoire sémantique

    • 4 commentaires
    • 4 700 vues
    • 16 commentaires
    • 2 692 vues
    • 5 commentaires
    • 2 044 vues
    • 1 commentaire
    • 1 526 vues
    • 7 commentaires
    • 2 387 vues
    • 0 commentaire
    • 3 126 vues
  8. Buros Institute of Mental Measurements

    • 0 commentaire
    • 393 vues
    • 1 commentaire
    • 1 345 vues
    • 1 commentaire
    • 738 vues
    • 0 commentaire
    • 713 vues
    • 0 commentaire
    • 2 520 vues
    • 0 commentaire
    • 1 840 vues
    • 0 commentaire
    • 955 vues
    • 0 commentaire
    • 905 vues
    • 0 commentaire
    • 2 765 vues