L'observatoire

  • billets
    327
  • commentaires
    614
  • vues
    6 985

Billets dans ce blog

 

Prix neuropsychologie.fr des posters professionnels

Suite à notre engagement à soutenir ce rendez-vous national, notre partenariat avec le CNNC s'est dirigé vers le soutien direct aux psychologues ayant pris sur eux pour présenter un poster durant les deux jours de colloque. Les participants (les inscrits au colloque) vont être amenés à voter pour le poster qu'ils jugent le plus intéressant ! N'oubliez pas de faire le tour des présentations pour faire le choix le plus éclairé possible car les trois posters qui auront le plus de votes vont se voir remettre notre tout premier prix "Neuropsychologie.fr - posters professionnels" avec des dotations qui n'ont pas à rougir de ce qui se passe dans d'autres congrès ! 400, 300 et 200 euros seront remis en même temps que notre document de félicitation, document qui associe le bureau et tous les adhérents de notre association bien sûr. Nous publierons les trois posters élus et nous essayerons d'avoir un point de vue détaillé des professionnels sur leurs travaux respectifs Du contenu intéressant en perspective... Plus que deux jours avant de connaitre les trois chanceux collègues et leurs travaux !

DominiqueC

DominiqueC

 

La chimie des sentiments

Écoutez l'intervention du Pr Sablonnière au sujet de La Chimie des Sentiments dans l'émission La tête au carré. "L'amour est un processus dynamique qui superpose l'effet de différentes régions du cerveau sur notre comportement amoureux". L'attirance, la séduction, l'attachement, la passion et même la dépendance auraient une cause biologique. Neurotransmetteurs et hormones commandent nos actes et nos pulsions amoureuses. Pourquoi la séduction perturbe t-elle notre fonctionnement corporel ? Comment l'attirance maternelle dirigera ensuite notre désir sexuel à l'âge adulte? Comment se construisent nos sentiments? Qu'est ce qui nous attire chez l'autre? http://www.neuropsychologie.fr/doc/audio/France_inter_Chimie_des_sentiments.mp3 Découvrez "la chimie des sentiments" sur Amazon.fr : http://www.amazon.fr...ASIN=2350133591 style="margin: 4px 10px 6px 4px; box-shadow: 1px 1px 10px #555">Le Professeur Bernard Sablonnière enseigne à la Faculté de médecine de Lille. Il est Président de la commission pédagogique de l'Association nationale des professeurs et maîtres de conférence biochimistes des UFR médicales, et coordonne une équipe de génétique moléculaire au sein de l'unité Inserm U815, dont le thème de recherches est «Maladies neurodégénératives et mort neuronale».

DominiqueC

DominiqueC

 

Un mois gratuit chez l'éditeur SAGE

La maison d'édition SAGE a été créée à New York en 1965. L'éditeur est fort de plus de 675 périodiques. Une fois n'est pas coutume, il offre au public un mois d'abonnement gratuit à l'ensemble de ses publications ! Vous trouverez certainement de quoi lire parmi les sections gériatrie, neurologie, psychologie et pédiatrie ! Pour valider votre accès, rendez-vous à cette adresse, puis cliquez sur Register here (juste en dessous de SAGE journals). La liste des revues par section : Psychologie Neurologie Gériatrie Pédiatrie

DominiqueC

DominiqueC

 

Alzheimer au quotidien sur France inter

Alzheimer au quotidien Reportages de Lucie Sarfaty Avec Bruno Dubois, directeur de l'IM2A, Institut de la mémoire et de la maladie d'Alzheimer (reportage en consultation). Catherine Ollivet, Présidente de France Alzheimer 93 (reportage au Café mémoire, pour soutenir les aidants familiaux). Blandine, fondatrice de l'association Ama Diem, une maison pour les personnes jeunes malades atteintes de la maladie d’Alzheime. Nicole Poirier fondatrice et directrice de la Maison Carpe Diem à Trois-Rivières au Québec (reportage sur place). Professeur Joël Ménard, président du conseil scientifique de la Fondation Plan Alzheimer. http://www.neuropsychologie.fr/doc/audio/Alzheimer-au-quotidien-28-09-12.mp3 Source : http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-alzheimer-au-quotidien

DominiqueC

DominiqueC

 

Le retour du prion dans la maladie d'Alzheimer

Le journal de vulgarisation scientifique "Science et Avenir" consacre son dernier numéro à la maladie d'Alzheimer. La présidente de cette revue, Dominique Leglu, revient sur l'hypothèse prionique de la maladie d'Alzheimer : Selon les tenants de cette hypothèse, le peptide amyloïde bêta (Aß), dont l’accumulation dans le cerveau représente une étape précoce de la maladie d'Alzheimer, serait un prion. Les prions sont des protéines de type Janus synthétisées par les neurones : dans leur conformation normale, ils participent aux fonctions cellulaires, mais dans certaines circonstances, ils adoptent une configuration en feuillets b plissés, qui forme des agrégats fibreux insolubles perturbant la fonction cellulaire. Le mécanisme de la maladie d'Alzheimer est pour le moins similaire : une protéine cellulaire, ici le peptide b-amyloïde adopte une conformation fibrillaire en feuillet b qui s’agrège dans le cerveau sous forme de plaques amyloïdes. Le phénomène de propagation est expliqué par Stanley Prusiner * : Cette hypothèse, aussi novatrice qu'elle peut paraître, ne l'est pas en fait. Le site The Dana Fondation a publié en février 2012 une retrospective sur cette piste, des années 70 jusqu'à aujourd'hui ! Pour la lire : http://www.dana.org/...l.aspx?id=35584 * : http://www.reseau-al...rodegeneratives

DominiqueC

DominiqueC

 

Lire pour pas cher ?

Avoir une jolie bibliothèque pour pas cher ? C'est encore possible grâce à Internet et des sites comme Amazon ou Abebooks. J'ai déjà eu l'occasion d'en parler mais Amazon propose très souvent du neuf et de l'occasion pour chacun de ses livres. Les prix sont parfois extrêmes avec des remises qui frôlent les 90% ! Avec de tels rabais, aucune raison de ne pas parader devant les amis/collègues/stagiaires avec une bibliothèque digne de ce nom. Prenons l'exemple d'un ouvrage dont je viens de faire l'acquisition : Cognition and cancer (2008), probablement le premier livre traitant de la question et l'un des rares sur le sujet de toute manière. Sur le site Amazon.fr, vous trouvez ces offres en dessous du prix neuf, à savoir ici : Vous ne rêvez pas... nous passons bien de 99,97 euros à 12,17 euros. Les rabais ne sont pas toujours aussi exceptionnels mais dans l'ensemble, cela reste très souvent particulièrement intéressant. Si l'offre n'est pas intéressante ou que vous cherchez un livre assez ancien, Abebook.fr vous offre un marché grand de plus de 140 millions de livres d'occasion : Pensez à bien vérifier le prix des frais de port, certains professionnels se rattrapent parfois la dessus mais dans l'ensemble, la bonne occasion est toujours à portée de main ! Dans mon exemple, mon "Cognition and cancer" me sera revenu à 15,56 euros avec les frais de port... Royal non ? Edit : 06/10/12 Il aura fallu à peine 10 jours pour recevoir mon livre de Chicago ! 100% satisfait, le livre est flambant neuf, n'a même jamais été ouvert, tout ça pour 15 euros, j'en aurai presque honte

DominiqueC

DominiqueC

 

Le IG Nobel 2012 de psychologie était dans nos cahiers !

Chaque année sont récompensées les recherches scientifiques les plus improbables du moment. Les IG Nobel ont recompensé cette année, dans la section psychologie, un article de Eerland,Guadalupe et Zwaan.... Ces noms ne vous disent certainement pas grand chose mais si je rajoute que leur étude s'est intéressée à la tour Eiffel ?? Les plus assidus auront peut être fait le rapprochement avec l'article de fond d'Amélie Ponchel dans le premier numéro de nos cahiers de neuropsychologie, travail effectué à partir d'un article de 2011 intitulé : "Leaning to the left makes the Eiffel Tower seem smaller". Nous avons eu le nez creux sur cet article bien intriguant... d'autres auraient dit pour le moins "improbable" ! Si vous n'avez pas encore lu cet article, il est toujours temps de vous rattraper : http://www.neuropsyc...sychologie-r244 Découvrez les autres IG nobélisés 2012 : http://www.improbabl...winners/#ig2012 (Merci @Marie.M pour l'info )

DominiqueC

DominiqueC

 

L'imagerie médicale dans nos tribunaux ?

Alors que l'utilisation de l'IRM dans les cours de justice reste controversée, le Centre d'Aanalyse Stratégique a publié, le 11 septembre dernier, une note visant à préciser les contours de l'article 45 de la loi sur la bioéthique, article introduisant l'imagerie cérébrale comme information acceptable dans les tribunaux français. Le CAS* dit précisément ceci : Vous pouvez télécharger la note du CAS : 2012-09-11-neurodroit-na282.pdf A l'étranger, l'imagerie fait des apparitions plus ou moins fructueuses : Aux USA, des données issues de l'imagerie cérébrale ont déjà été citées dans des procès, comme en 1992 lorsqu'un homme accusé du meurtre de sa femme avait bénéficié d'une atténuation de responsabilité, grâce, notamment, à des images de son cerveau montrant un kyste aux méninges. En 2011, en Italie, une condamnation pour meurtre a été réduite sur la foi de scanners cérébraux indiquant que l'accusé souffrait de possibles troubles mentaux. Cas beaucoup plus médiatisé : en 2008, un juge de Bombay en Inde avait pour la première fois accepté comme preuve à charge principale dans un procès pour meurtre des enregistrements du cerveau de l'accusée, une femme de 24 ans, dont l'activité révèlerait la production de mensonges. Les anglais, par la voix de la Royal Society, ferment pour le moment la porte de l'imagerie médicale en pointant du doigt la distance importante qui existe encore aujourd'hui entre certaines recherches fondamentales et des applications standardisées menant à des décisions de justice. Toutefois, ils préconisent également de créer des passerelles entre la justice et les neurosciences, notamment en introduisant des cours de neurosciences dans la formation des juges afin qu'ils soient plus à même de comprendre les intérêts et limites des techniques utilisées. Certains ne doutent pas que l'imagerie médicale se développera dans les affaires de justice et l'on voit apparaitre des sociétés prêtent à miser gros sur ce pari comme les américains "No Lie MRI" que l'on pourrait traduire par "L'IRM ne ment pas". Des données scientifiques s'accumulent toutefois pour souligner le danger de l'utilisation des images médicales auprès du grand public. En 2011, McCabe et al. ont publié un article intitulé "The Influence of fMRI Lie Detection Evidence on Juror Decision-Making" (DOI:10.1002/bsl.993). 330 personnes ont été confrontées, à l'instar des jurés, à une situation de justice dans laquelle des preuves leurs étaient présentées. Trois détecteurs de mensonges étaient utilisés : le classique polygraphe, un détecteur thermique facial et une imagerie cérébrale. 76% des jurés dans la condition IRM ont confirmé la culpabilité du prévenu, contre 47 à 53% pour les deux autres techniques. Comparativement aux autres jurés, ils ont également plus souvent cité l'IRM comme facteur décisif dans leur processus de décision. Ces données soulignent les risques importants de soumettre au grand public des données scientifiques sans formation au préalable. Pour finir, France 2 a d'ailleurs réalisé un reportage le 18 septembre dernier sur la question (mais ne font pas mention de l'avis du CAS...) : * Le Centre d'analyste stratégique, organisme rattaché au Premier ministre, a pour mission de conseiller le gouvernement sur "ses orientations stratégiques en matière économique, sociale, environnementale et technologique".

DominiqueC

DominiqueC

 

Après - Le mur - Sophie Robert annonce : La théorie sexuelle

Teaser : Après « Le mur » le prochain volet de cette série est consacré à « la théorie sexuelle »: La psychanalyse se distingue de toutes les autres psychothérapies par la place prépondérante accordée à la sexualité – une vision très particulière de la sexualité, au contenu politiquement très incorrect. Comment les psychanalystes appréhendent-ils la sexualité aujourd’hui? Quel est, de leur point de vue, le rapport entre la sexualité et l’inconscient? Quel rôle joue la sexualité dans l’apparition des troubles psychiques? Sophie Robert annonce un nouveau film sur la psychanalyse, sur les mêmes procédés que son précédent film le mur : des psychanalystes exposent leur point de vue, mais cette fois sur la sexualité, la féminité, l’amour, et même la pédophilie.

DominiqueC

DominiqueC

 

Rentrée franco-française pour la logopédie belge !

25 élèves sur 300... c'est le nombre d'étudiants belges qui auront eu le temps de s'inscrire pour cette nouvelle promotion 2013 de Logopédie à Bruxelles. 90% de Français ont pris d'assaut l'institut le jour des inscriptions. RTBF évoque une année sacrifiée : Le ministre belge de l'enseignement supérieur évoque également la présence de "400 étudiants français inscrits à la haute école de Liège pour deux Belges". Il est bon de rappeler que le problème existe également en psychologie. Malgré le nombre invraisemblable de masters français, nombreux sont ceux qui n'arrivent pas à décrocher une place en M2, le sésame pour pouvoir obtenir le titre de psychologue. Ils peuvent compter sur nos voisins belges pour une séance de rattrapage.... augmentant ainsi un peu plus une profession déjà asphyxiée tout en gaspillant des places financées par l'état Belge qui investit à fonds perdus. Sources: http://www.rtbf.be/i...haps?id=7824794 http://www.rtbf.be/i...edie?id=7798398

DominiqueC

DominiqueC

 

Les commotions réduisent les habiletés olfactives

Le site techno-science.net vient de mettre en ligne un résumé des dernières études réalisées au Centre de recherche en neuropsychologie et cognition (CERNEC) sur les pertes sensorielles après des commotions légères répétées. Johannes Frasnelli, chercheur postdoctoral du CERNEC, s'intéresse à la perte d'odorat dans les commotions légères et de leurs répercussions à long terme. Son équipe a comparé un groupe de footballeurs (commotions +) à un groupe d'athlètes sains (commotions -). Un effet significatif a été observé entre la capacité à reconnaitre une odeur et le délai passé depuis la commotion: plus ce délai est long, plus la capacité de reconnaitre les odeurs décline. Selon les auteurs, "cette habileté repose sur un processus cognitif plus complexe (...) et son déclin est particulièrement marqué chez les footballeurs dont la commotion remontait à plus de 50 semaines." Lisez la suite sur le site techno-science.net : http://www.techno-sc...news&news=10778

DominiqueC

DominiqueC

 

Troubles cognitifs et VIH

Le site survivreausida.net a rencontré le professeur Jacques Gasnault, neurologue à l’hôpital Bicêtre, à propos des troubles cognitifs dans le VIH. Troubles de la mémoire, du langage, de la vision, quand dois-je m’inquiéter ? (avec Jacques Gasnault) http://www.neuropsychologie.fr/doc/audio/Cognition-VIHa.mp3 Peut-on perdre la tête à cause du VIH ? Jacques Gasnault, neurologue spécialiste du VIH, répond à vos questions http://www.neuropsychologie.fr/doc/audio/Cognition-VIHb.mp3 Vous pouvez retrouver toutes ses interventions sur le site survivreausida.net: http://survivreausid...s-gasnault.html

DominiqueC

DominiqueC

 

Solal a rejoint les éditions De Boeck

Le Groupe De Boeck annonce l’acquisition des éditions Solal, spécialisées en livres et revues dans les domaines du médical, paramédical et des sciences humaines. Les éditions Solal peuvent être considérées comme une référence dans le domaine des neurosciences, de la neuropsychologie et de la neurologie, ainsi que dans les domaines de l’orthophonie, de l’ergothérapie et de la psychomotricité. Créée en 1984 par André Cohen, la maison d’édition est basée à Marseille. « L’intégration des 250 titres de Solal et Delta Press dans le Groupe De Boeck permettra une visibilité accrue des ouvrages dans tous les pays de la francophonie et une synergie amplifiée avec les collections déjà existantes chez De Boeck », affirme ce dernier. Le Groupe De Boeck est un leader dans l’édition scolaire, universitaire, juridique et professionnelle, francophone et néerlandophone, actif principalement en Belgique, au Luxembourg et en France. Fondée en 1883, il emploie actuellement environ 250 personnes, réparties sur 6 sites, en Belgique, au Luxembourg et en France. Depuis avril 2011, Le groupe fait partie de la société de capital investissement indépendante Ergon Capital Partners III SA (« Ergon »). Pour Vincent Simonart, Administrateur délégué du Groupe De Boeck «cette nouvelle étape importante confirme la volonté de croissance du Groupe De Boeck, croissance construite autour de nos points forts traditionnels ». André Cohen : Professionnel de l’édition depuis plus de 35 ans, André Cohen démarre son activité aux éditions Masson en tant que directeur régional, basé à Marseille. Il part ensuite au Mexique pour y créer la filiale de Masson qu’il dirigera durant 4 ans. Nommé en Belgique, il dirige la filiale « distribution » de Masson jusqu’en 1983. Il crée Solal à Marseille en 1984 et rachète la filiale française Delta Press (ouvrages techniques). Il revend aujourd’hui sa société aux éditions De Boeck mais accompagnera les équipes éditoriales à Paris le temps nécessaire à la parfaite intégration. http://superieur.deb...ts/6/solal.html

DominiqueC

DominiqueC

 

A quoi ça sert de diagnostiquer les Alzheimer?

Le magazine Slate.fr, sous la plume de Jean-Yves Nau (journaliste et docteur en Médecine), nous apprend que le collège national des généralistes enseignants dans un communiqué daté du 19 juin, s'insurge contre une recommandation de la Haute Autorité de santé (HAS) demandant aux médecins généralistes de «faire un diagnostic précoce», notamment en cas de troubles de la mémoire, y compris en cas de troubles cognitifs légers (TCL) (avec un risque d'évolution vers la démence non négligeable, mais mal évaluée). «Alors que la démarche diagnostic est complexe, la Haute Autorité de santé ne précise pas les critères diagnostiques des troubles cognitifs légers, explique le collège. Ce flou peut conduire à des prises en charge variables en soins primaires et mener à des bilans neuropsychologiques parfois invasifs, alors qu'il n'existe aucun traitement validé de ces troubles.» La suite sur Slate.fr - Faut-il vous annoncer que vous allez être victimes de cette maladie quand on n’a rien à vous proposer ? Les généralistes annoncent qu’ils refusent de faire ce qu’on leur recommande - http://www.slate.fr/...iquer-alzheimer

DominiqueC

DominiqueC

 

Quand la mémoire se trouble

Vous pouvez visionner sur rts.ch une émission datée du 16 mai 2012 dans laquelle M. Van der Linden a eu l'opportunité de présenter sa conception d'une approche plus humaniste du vieillissement cérébral et de ses difficultés. Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo

DominiqueC

DominiqueC

 

De Boeck acquiert les Editions Solal !

La nouvelle est importante, certainement plus qu'elle n'y parait au premier abord ! Solal vient d'être racheté par un poids lourd de l'édition: De Boeck. De Boeck qui souhaite, depuis longtemps maintenant, investir le domaine de la neuropsychologie a donc choisi d'incorporer cet éditeur majeur pour notre discipline en France, les éditions Solal. Reste à savoir de quoi sera fait l'avenir de l'éditeur marseillais: De Boeck va t'il injecter des fonds pour consolider la présence de Solal ou va t'il, plus directement, fusionner leurs collections respectives au sein de De Boeck éditeur ? Connaissant le sérieux de De Boeck, je mise sur une consolidation des moyens à disposition pour Solal, ce qui serait une excellente nouvelle pour nous, les cliniciens ! Le monde de l'édition souffre, les petites niches comme la neuropsychologie encore plus. Avoir un géant comme De Boeck à ses cotés est un gage de pérennité bien salutaire en 2012... Souhaitons leur un partenariat prolifique !

DominiqueC

DominiqueC

 

Le bilinguisme, un stimulant pour le cerveau des enfants

Les bénéfices de l'apprentissage de deux langues différentes rejaillissent sur le fonctionnement général du cerveau des enfants. Le bilinguisme n'est pas un handicap, mais au contraire un atout pour le cerveau. Exemple, Laura parle avec la même aisance l'italien de sa maman et le français de son papa. À 11 ans, elle est parfaitement bilingue. Il faut dire que ses parents l'ont immergée dans leurs langues maternelles respectives dès sa naissance. Jusqu'à l'âge de 2 ans, il lui arrivait encore de mélanger l'italien et le français dans une même phrase, mais elle a rapidement appris à passer d'une langue à l'autre. Un jeu d'enfant, et une aubaine pour son cerveau en développement. Ainsi, non seulement son bilinguisme n'a jamais été un handicap, ni à l'école ni en société, mais elle est aujourd'hui une excellente élève. La suite sur le site sante.figaro : http://sante.lefigar...cerveau-enfants

DominiqueC

DominiqueC

 

Lien entre maladie de Parkinson et pesticides reconnu officiellement

D’après un décret qui vient d’être publié au Journal officiel (n° 2012-665 du 4 mai 2012), la maladie de Parkinson est reconnu comme étant une maladie professionnelle des agriculteurs, en raison d’un lien explicite entre l’usage de pesticide et le risque de développer cette maladie neurodégénérative. Décret n° 2012-665 du 4 mai 2012 révisant et complétant les tableaux des maladies professionnelles en agriculture annexés au livre VII du code rural et de la pêche maritime La maladie de Parkinson (MP) est une maladie neurodégénérative dont la prévalence est d’environ 1,5 % après 65 ans. Elle est d’origine multifactorielle, impliquant des facteurs de risque environnementaux et génétiques. Le rôle de l’exposition professionnelle aux pesticides a été évoqué quand des syndromes parkinsoniens sont survenus après intoxication par le MPTP, dont la structure chimique est proche de celle de l’herbicide Paraquat. Des études épidémiologiques avaient montré que le risque de MP était multiplié par 1,5 à 2 en cas d’exposition professionnelle aux pesticides sans qu’un type de pesticide n’ait pu être incriminé à l'époque. Elbaz A, en 2009, avait fini par démontrer que "l’exposition aux insecticides, en particulier aux organochlorés, semble plus fortement associée au risque de maladie de Parkinson parmi les hommes, un risque qui augmente avec l’intensité de l’exposition." Association entre maladie de Parkinson et exposition aux insecticides organochlorés chez les hommes, en fonction du nombre d'années cumulées d'exposition (médiane = 16 ans) Le décret est consultable ici: http://www.legifranc...ategorieLien=id

DominiqueC

DominiqueC

 

Accès libre pour le Journal of Neuropsychology

La revue de neuropsychologie anglaise a mis en accès libre ses deux derniers numéros (septembre 2011, mars 2012). Le numéro de septembre porte sur la synesthésie, tandis que le numéro de mars couvre de manière plus globale la neuropsychologie. A noter dans ce dernier numéro une publication de l'équipe de Caen sur la mémoire procédurale dans la maladie d'Alzheimer. Le lien vers la revue: http://onlinelibrary...l/10.1111/(ISSN)1748-6653

DominiqueC

DominiqueC

 

Le futur de l'IRMf

]Un article très intéressant, paru dans Nature et relayé par Mindhack, se prête à une réflexion critique sur l'IRMf, le rôle majeur qu'elle a joué en psychologie et son possible futur. Keri Smith rappelle en introduction que l'IRMf est née il y a 20 ans aux USA. Son utilisation dans les publications scientifiques s'est imposée de manière écrasante dans le domaine des neurosciences, à tel point qu'il est devenu très difficile de publier sans ces précieuses images aujourd'hui ! Problème, l'IRMf ne mesure pas directement l'activité neuronale et ne nous apprend rien sur le nombre de neurones qui déchargent pour une tâche donnée, ou comment cette décharge influence les zones cérébrales adjacentes. Le signal est noyé dans le bruit généré par le fonctionnement normal du cerveau et les statistiques employées ajoutent bien souvent une incertitude qui rend toute interprétation très complexe. Smith cite d'ailleurs Karl Friston, directeur scientifique du centre de neuroimagerie du collège universitaire de Londres, ce dernier s'étonnant de la survie de l'IRMf aujourd'hui. Pour Friston, les scientifiques auraient bénéficié de tout ce que la technique pouvait apporter durant les 2 ou 3 premières années. Depuis, plus rien ! Plus grave pour nous, un collaborateur de Friston, Richard Frackowiak, n'hésite pas dire que l'IRMf a transformé la psychologie en une science biologique. Quatre limites sont soulignées dans cet article: Mesures directes: si la technique repose sur l'idée que le signal reflète une demande accrue d'oxygène lorsque les neurones déchargent leur activité électrique en réponse à une tâche, plusieurs papiers réfutent cette hypothèse. L'augmentation de la consommation d'oxygène pourrait survenir bien avant, durant la phase préparatoire de l'activité neuronale tout autant que durant l'activité en elle même (ref) ou pire, pourrait onduler pour d'autres raisons que l'activité neuronale (ref). Pour John George, du laboratoire d'imagerie de Los Alamos au Nouveau Mexique, la chose la plus intéressante n'est pas de savoir où le sang circule dans le cerveau mais où l'électricité est active. Tout le défi reste donc de capturer le plus directement cette activité électrique.
Plus qu'une jolie image: il n'est pas possible d'inférer de lien de causalité entre une tâche et l'endroit où elle se produit. Peter Bandettini souligne le déclin, peu à peu, de cette erreur d'interprétation. Les recherches doivent s'atteler à définir le plus précisément les réseaux en jeu pour une activité donnée et non une zone cérébrale isolée. Les méthodes statistiques de traitement doivent s'orienter vers l'analyse multivariée, descendre à l'unité la plus petite plutôt que de raisonner sur de larges patterns cérébraux.
Atténuer le bruit: l'IRMf tend à générer de petits signaux et beaucoup de bruit de fond. Ce rapport signal/bruit impose l'utilisation de statistiques qui génèrent, à leur tour, beaucoup d'incertitude, l'interprétation pouvant aboutir à des conclusions parfois diamétralement opposées. Actuellement, les chercheurs tentent d'améliorer les outils existants: augmenter la puissance des champs magnétiques, trouver de nouveaux traceurs plus sensibles, et enfin améliorer les traitements statistiques des données recueillies.
Et la clinique dans tout ça: sa présence dans les structures médicales reste un défi pour les scientifiques. La technique est plus à même de capturer ce qui diffère dans deux groupes ou durant deux taches plutôt qu'à l'intérieur d'un même individu. Les résultats ne sont jamais que la comparaison à une moyenne, la recherche tente de développer une approche plus développementale en comparant les images d'un patient entre elles.
Smith donne le mot de la fin à Bandettini: peut-être que dans le fond, l'IRMf n'a même pas encore réellement démarré. Référence: http://www.nature.co...mri-2-0-1.10365

DominiqueC

DominiqueC

 

Comment faire face aux difficultés cognitives associées aux troubles mentaux

Stéphane Raffard et Alexandra Baillard viennent de traduire un document particulière riche et utile : Comment faire face aux difficultés cognitives associées aux troubles mentaux (Dealing with Cognitive Dysfunction associated with Psychiatric Disabilities - A handbook for families and friends of individuals with psychiatric disorders (Alice Medalia, Ph.D. & Nadine Revheim, Ph.D, 2002)) Ce livret a été pensé comme un guide à l'attention des parents et des proches de personnes souffrant de troubles psychiatriques Ci-dessous le sommaire du livret: Le livret est disponible en cliquant ici: Difficultes.cogntives.et.troubles.mentaux.pdf

DominiqueC

DominiqueC

 

Organiser la polémique à l'anglaise - le Maudsley Debate

Le King's College de Londres est un lieu d'enseignement et de débat à l'image du Maudsley Debate, organisé par la division de psychologie médicale et de psychiatrie. Cette séance de débat public est organisée plusieurs fois par an autour de thèmes qui ont en commun leur caractère polémique. Le débat prend la forme d'une assertion autour de laquelle plusieurs invités sont amenés à discuter. Un vote a lieu pour confirmer l'assertion ou la rejeter à la fin du débat. Le premier débat eu lieu en janvier 2000 avec pour titre: This house believes ECT is barbaric and ineffective Le 44eme et dernier débat en date a eu lieu le 7 mars 2012 avec cette assertion: This house believes that psychoanalysis has a valuable place in modern mental health services. Après le débat, les résultats du vote ont été les suivants: 251 ont confirmé l'assertion, 36 se sont abstenus et 44 ont voté contre. Si je me fais l'écho de cette initiative, c'est parce qu'il est sain de voir que le débat garde toute sa place dans la communauté scientifique anglaise. La polémique a du sens si tous les intervenants ont encore le droit de citer, ne sont pas discrédités par leur simple appartenance théorique. Voilà encore un beau projet dont nous pourrions nous inspirer en tout cas ! La page internet du débat: http://www.kcl.ac.uk...ey-Debates.aspx La page Facebook: https://www.facebook...42085019161549/ A propos de Maudsley:

DominiqueC

DominiqueC

 

L'approche expérimentale de la psychanalyse

Le grand reportage de La tête au Carré est consacré à l'approche expérimentale de la psychanalyse pour comprendre s'il est possible d'évaluer scientifiquement les effets de la cure analytique. Plusieurs questions seront abordées au cours de cette enquête : les recherches en neurosciences peuvent-elles apporter des réponses à ces interrogations et quel est l'avenir de la psychanalyse. Antonio Fischetti a rencontré plusieurs spécialistes et va nous emmener dans un laboratoire de l'Inserm, dans une maternité, à l'Institut Sigmund Freud de Francfort. http://neuropsychologie.fr/doc/audio/psychanalyse.evaluation.efficacite.mp3

DominiqueC

DominiqueC

 

Nouvelle recommandation Alzheimer peu recommandable selon FormIndep

En parcourant un article du site "Le Mythe de la maladie d'Alzheimer" ce 26 février, je suis tombé sur une lecture critique de la recommandation révisée par l'HAS sur le diagnostic et la prise en charge de la maladie d'Alzheimer (Cf. ce blog mais également plein d'autres sur ce site) FormIndep a donc décortiqué la recommandation révisée de 2011 et voici ce qu'il en ressort (travail de lecture critique par Philippe MASQUELIER (médecin généraliste): Ni le groupe d’organisation de la recommandation, ni le président du groupe de travail ne sont identifiés.
L’ensemble des professionnels à qui s’adresse cette Recommandation n’est pas représenté dans le groupe de travail (il manque en particulier une représentation des psychomotriciens, travailleurs sociaux, service d’aide à domicile, kinésithérapeutes, pharmaciens).
Près de 70 % du texte de la recommandation 2011 a été recopié mot pour mot. Les ajouts, retraits, modifications, ne sont pas argumentés. Nous avons surligné ici (document pdf - 5Mo) dans le texte de la recommandation 2011 ce qui a été copié-collé du texte de 2008.
Aucun niveau de preuve n’est exposé pour aucune des affirmations de la recommandation.
Aucune évaluation du rapport bénéfice/risque des prises en charges proposées ni aucune évaluation des qualités métrologiques des outils de mesure et de diagnostic ne sont proposées.
La Recommandation ne repose sur aucun argumentaire.
La Recommandation ne rapporte aucune bibliographie. Par conséquent aucune mise à jour bibliographique depuis celle réalisée pour la recommandation 2008 n’est disponible.
L’avis de la Commission de la Transparence (CT) d’octobre 2011 réévaluant à la baisse l’efficacité des médicaments anti-alzheimer n’est pas pris en compte.
Sur les 74 lignes du chapitre sur le traitement médicamenteux, 68 sont une reprise mot pour mot du chapitre de 2008 et les 6 lignes nouvelles du chapitre sont très floues et inopérantes pour le praticien : « Le traitement médicamenteux spécifique est une option dont l’instauration et le renouvellement est laissé à l’appréciation du médecin prescripteur. » Il est précisé que « Cette appréciation doit prendre en compte les préférences du patient et le rapport bénéfice/risque du traitement médicamenteux envisagé. » Aucun passage ne fait référence au nouvel avis de la commission de la Transparence d’octobre 2011 qui justement rappelle ce rapport bénéfice/risque des médicaments (SMR faible, ASMR 5). Pourtant c’est en tenant compte de cet avis que le rapport bénéfice/risque du traitement pour un patient pourra être le mieux évalué. Tout cela est surprenant alors même que le chapitre "méthode de travail" précise que la Recommandation doit s’adapter au nouvel avis de la Commission de la Transparence. La « mise en place précoce de thérapeutiques » est recommandée (page 8 de la Recommandation) sans préciser la nature de ces thérapeutiques, laissant fortement penser que les rédacteurs y ont inclus les traitements médicamenteux spécifiques, leur attribuant des effets non retrouvés dans les études cliniques et non retenus par la Commission de la Transparence :
« La mise en place précoce de thérapeutiques (…) devrait assurer une meilleure qualité de vie aux patients et aux aidants sur un temps plus prolongé, permettrait de limiter les situations de crise, pourrait retarder l’entrée en institution » en contradiction totale avec l’annexe 2 (page 24) de l’avis de la commission de la Transparence où l’on peut lire : « Les données sur les critères de santé publique tels que le retard à l’entrée en institution, le passage à un stade de sévérité ultérieur, le fardeau de l’aidant ou la mortalité sont insuffisantes pour conclure à un impact favorable. En conséquence, l’intérêt de santé publique rendu par les traitements spécifiques de la maladie d’Alzheimer n’est toujours pas démontré. » L’utilisation du conditionnel dans cette assertion qui plus est non référencée, qui laisse ainsi la porte ouverte à l’utilisation irrationnelle de ces médicaments, est inacceptable dans un document scientifique. Sources: http://www.formindep...mmandation.html & mythe-alzheimer.over-blog.com/article-quelques-nouvelles-de-la-resistance-a-l-approche-biomedicale-dominante-et-des-forces-auxquelles-elle-100152265.html

DominiqueC

DominiqueC

 

Hommage à Ulric Neisser

Le New York Times a publié ce week end un hommage à Ulric Neisser, professeur en psychologie considéré comme l'un des pères de la psychologie cognitive. Neisser, né en 1928, est décédé à l'âge de 83 ans des suites d'une maladie de Parkinson selon la famille. En 1967, il publie "Cognitive Psychology" alors que le courant dominant est encore le comportementalisme. En 1976, alors que les sciences cognitives ont révolutionné une partie de la psychologie, il sort un autre ouvrage intitulé "Cognition and Reality" dans lequel il critique ouvertement ce qu'est devenu la psychologie cognitive, ses modèles ainsi que son incapacité à modéliser les aspects quotidiens du fonctionnement humain. La psychologie cognitive a raté son rendez-vous avec l'écologie, faute à un recours excessif selon lui aux situations expérimentales qui n'arrivent pas à capturer la cognition dans son ensemble. La critique reste vraie aujourd'hui et concerne également la neuropsychologie. Pour lire l'hommage, cliquez ici: http://www.nytimes.com/2012/02/26/us/ulric-neisser-who-reshaped-thinking-on-the-mind-dies-at-83.html

DominiqueC

DominiqueC