Appel à Commmunication pour le N° 8 des Cahiers de Neuropsychologie Clinique

CNC.jpg

COVID-19 : Retours d'expériences et Post-confinement

 

Le Comité d'Edition et de Rédaction des Cahiers de Neuropsychologie Clinique vous propose de lui faire parvenir avant le 17 Octobre 2020

vos propositions de communication sur ce thème

à l'adresse cahiers[at]ofpn.fr

 

CNC.jpg

  • DominiqueC
    DominiqueC

    Alcool et fonctions cognitives : une meilleure compréhension de ce couple imparfait !


    Des chercheurs de Dartmouth en savent un peu plus sur les effets de l'alcool sur le cerveau. En particulier, ils ont découvert comment le cerveau masque ou supprime l'impact de l'alcool sur certaines compétences motrices comme la saisie et la manipulation d'objets. En d'autres termes, ces chercheurs ont appris comment les personnes sous l'emprise de l'alcool intègrent les informations visuelles dans le contexte d'une performance motrice.

    « Nous avons observé que le cerveau est assez efficace dans la compensation des effets de l'alcool sur les habilités du cerveau à traiter l'information visuelle nécessaire à l'ajustement moteur » rapporte le John Van Horn, professeur de psychologie et des sciences du cerveau, auteur de cet article. « L'alcool désactive sélectivement certaines régions cérébrales nécessaires à l'intégration de nouvelles informations nécessaires à un fonctionnement moteur correct ». Pour cette étude, 8 personnes, âgées de 21 à 25 ans, ont du manoeuvrer un joystick en état de sobriété et après avoir consommé de l'alcool à un stade juste inférieur au niveau légal d'intoxication (0.07%). L'activité cérébrale durant cette tâche fut observée grâce à des techniques d'imagerie fonctionnelle (IRMf).

    L'étude est publiée en ligne dans le Journal NeuroImage de Mars 2006.

    Les résultats montrent que l'alcool désactive sélectivement certaines fonctions cognitives associées aux régions frontales et pariétales postérieures ; ces régions étant impliquées dans le contrôle et traitement des feedback visuo-moteurs. Van Horn explique que cette étude est l'une des toutes premières du genre à illustrer directement ces désactivations cognitives chez l'être humain.

    « Nous savons que l'alcool a un effet global sur le cerveau. Cette étude est unique dans le sens où elle a isolé les réseaux spécifiques qui sous-tendent le traitement complexe des commandes visuelles et motrices. La mauvaise coordination, ressentie après l'absorption de quelques verres, serait due à une mauvaise intégration du feedback, des informations primordiales à l'action motrice. Bien que cette idée ne soit pas entièrement nouvelle, notre démonstration, utilisant la neuroimagerie fonctionnelle, est la première du genre et pourrait s'avérer le début de paradigmes de recherches plus nombreux sur les effets de l'alcool sur le cerveau » souligne Van Horn.

    Source: Alcohol-induced suppression of BOLD activity during goal-directed visuomotor performance

    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.