• DominiqueC
    DominiqueC
    Sign in to follow this  

    Une étude sous placebo qui fait avancer la prise en charge de la dépression



    Traiter la dépression majeure peut s'avérer assez semblable à un puzzle et une nouvelle étude de l'UCLA suggère que la prise en charge pharmacologique serait juste une pièce de plus.

    Publié dans le numéro d'août de l'American Journal of Psychiatry, l'étude a employé des mesures d'électroencéphalogramme (EEG) pour démontrer une association entre certains résultats cliniques et des changements spécifique de l'activité du cerveau durant une phase de placebo avant le traitement antidépresseur.

    Les résultats suggèrent que les facteurs tels que la croyance et les attentes, les relations médecin/patient ou un travail sur l'histoire du patient complètent la prise en charge.

    Dans cette étude, tous les sujets ont reçu un traitement placebo durant une semaine avant de recevoir un traitement antidépresseur. Une phase d'entrée « placebo » est généralement employée pour familiariser les patients avec les procédures d'étude et pour réduire au minimum l'effet de n'importe quel traitement préexistant pour la dépression.

    Cette étude est la première à évaluer le rapport entre les modifications du cerveau pendant la phase d'entrée de placebo et les résultats cliniques postérieurs du traitement antidépresseur.

    Les « résultats du traitement semblent pouvoir être prédits, en partie, par des modifications de l'activité du cerveau durant l'entrée de placebo, avant l'utilisation réelle du traitement antidépresseur » souligne Aimee M. Hunter, auteur de l'étude pour la Semel Institute for Neuroscience and Human Behavior. « Plus de recherches sont nécessaires pour identifier l'impact d'autres facteurs non pharmacologiques sur l'activité cérébrale et l'amélioration clinique des patients recevant le traitement antidépresseur ». Les chercheurs de l'institut Semel ont examiné des données chez 51 adultes atteints d'une dépression majeure qui ont été intégrés à deux études placebo indépendantes, en double aveugle.

    Des mesures quantitatives d'EEG appelées « cordances » ont été relevées durant la ligne de base et à la fin de la période d'entrée du placebo. La cordance est une technique quantitative de formation d'image EEG (QEEG) développée à l'UCLA pour mesurer le fonctionnement du cerveau.

    Des rapports entre des changements topographiques de cordance à la fin de la période d'entrée dans la phase placebo et les résultats cliniques ont été étudiés à l'aide d'un outil statistique appelé analyse multiple de régression linéaire. L'échelle d'Hamilton a été utilisée pour évaluer la dépression.

    L'étude a montré que des diminutions de cordance dans la région préfrontale du cerveau durant la période d'entrée dans la phase placebo ont été associées à des scores de dépression inférieurs après huit semaines de traitement antidépresseur. Les modifications préfrontales durant l'entrée dans cette phase ont expliqué 19% du score final à l'échelle d'Hamilton.

    Source: http://pn.psychiatryonline.org/cgi/content/full/41/17/30

    Sign in to follow this  


    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.