• DominiqueC
    DominiqueC

    Le deuil - un facteur courant d'hallucinations

    • Like 3


    Vaughan Bell est à l'origine d'une publication intéressante sur le site siam.com. Pour lui, il est clair que les morts restent auprès de nous et ce, d'autant plus qu'ils ont compté tout au long de notre vie. Le constat peut être fait par n'importe quel professionnel qui travaille auprès de personnes âgées : les hallucinations de personnes en deuil sont très fréquentes...

    C'est un fait qui m'intéresse particulièrement, car j'ai souvent eu l'occasion d'interpeller, lors de mes premières consultations, mes collègues sur cette réalité clinique. Était-ce normal que mes patients hallucinent et rapportent si fréquemment ce type d'histoire ? fallait il y voir un signe clinique, dans un contexte de fléchissement cognitif ou une manifestation de la tempête psychique qui s'abat sur la personne esseulée ? Par quels mécanismes cela peut-il se produire ? Combien de temps ce type de manifestation peut-il être considéré comme "normal" ? Et enfin.... pourquoi étais-je le seul, dans ma consultation, à relever ces histoires ?

    Concernant la dernière question, je crois aujourd'hui qu'il faut toute la compétence d'un psychologue pour amener une personne à évoquer ce genre de manifestations. Comme le souligne Vaughan Bell, le risque de passer pour "fou", à une époque où chaque faiblesse de la personne âgée est un signe qui vous pousse vers la sortie, est grand. C'est toute la question du stigmate social je dirais. Lorsque ce risque est doublé d'un affect particulièrement douloureux, la perte d'une personne aimée, il apparaît moins étonnant que ce genre d'événement soit passé au silence par la personne venue en consultation. D'où l'importance d'un temps de consultation qui permet de respecter le rythme de l'individu plutôt que celui des tests, nous sommes d'accord...

    Concernant les autres questions, l'article n'amène pas toutes les réponses, mais j'ai trouvé quelques informations intéressantes :

    82% des personnes en deuil présenteraient des hallucinations/illusions durant le premier mois. Ce chiffre tendrait à décroître au cours du temps, tombant en 71% à 3 mois et 52% à 1 an. Ces expériences seraient, en général, agréables ou rassurantes. Plus évident, peut être,l'intensité du deuil serait corrélée au nombre d'épisodes d'hallucinations.

    Reste d'autres questions comme le mécanisme d'un tel phénomène. Là, rien est dit malheureusement et je serai heureux d'en discuter avec vous.

    Je ne suis pas un expert des théories sur l'hallucination visuelle. Ceci étant dit, je me pose la question de la possibilité d'utiliser les modèles actuels sur une origine pour le moins psychique : le deuil.

    Les modèles de désafférentation peuvent-ils expliquer l'hallucination d'un être aimé ? Succinctement, ce genre de théorie argue que la stimulation visuelle exercerait un effet inhibiteur sur les perceptions endogènes, fruits de nos constructions perceptives internes. Là où il faudrait accepter de faire un pas de côté, c'est sur l'explication : la perte de vision engendrerait un état de privation sensorielle qui permet d’amener ces images à la conscience (Eagan et Williams, 2000).

    Est-ce qu'une personne décédée pourrait être assimilée à une "perte de vision", une perte d'objet à même de libérer certaines représentations mentales de celle-ci ? De manière peut-être, tout à fait erronée, je peux assez bien m'imaginer un tel phénomène avec une adaptation de la cognition, au cours du temps, pouvant expliquer la baisse progressive de survenue des hallucinations.

    Un autre modèle pose comme principe qu'une diminution de l’input visuel produirait une réorganisation corticale. Les neurones deviendraient alors plus sensibles et les seuils pour engendrer des décharges dans le cortex visuel en seraient d'autant plus abaissés. Ces décharges seraient à l’origine des hallucinations (Tan et Sabel, 2006).

    Là, il est plus difficile de faire la transition je trouve. Il faut partir du principe qu'un objet, une odeur, une perception pourrait être suffisamment associée à l'être aimée pour déclencher une autre perception dans un contexte d'hyperexcitabilité neuronale.

    Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette question. Celle de la place des hallucinations chez la personne âgée, dans un contexte de dépistage de maladies dégénératives est également importante. Qui est au point sur le syndrome de Charles Bonnet par exemple ? un syndrome pouvant provoquer des hallucinations complexes, pouvant atteindre plus de 15% des personnes avec des troubles visuels.

    J'en reste là, espérant susciter quelques échanges qui seront, à n'en pas douter, intéressants smile.gif

    Sources: http://www3.interscience.wiley.com/journal/119975304/abstract?CRETRY=1&SRETRY=0



    User Feedback

    Recommended Comments

    Je m'intérresse aussi à ce phénomène que j'observe régulièrement chez mes patients endeuillés, que le deuil soit récent ou lointain (plusieurs années, dans ce cas là ils souffrent pour la majorité d'un deuil pathologique). Les hallucinations sont critiquées. Mais effectivement, ils préfèrent le taire de peur du jugement des proches, mais aussi des soignants (au sens large). En leur proposant une écoute, en dédramatisant la situation, ils le vivent mieux en général.

    Je n'ai pas d'idées sur les mécanismes en jeu, mais ce que je peux observer, c'est que ces hallucinations leur apporte du réconfort dans leur souffrance (une espèce de mécanisme de défense).

    Quant aux personnes âgées, les hallucinations visuelles complexes ne sont pas si rares que ce cela et il me paraît interressant de les prendre en compte et de les étudier.

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites


    Guest
    You are commenting as a guest. If you have an account, please sign in.
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.