• mdrpsy
    mdrpsy

    Pratiquer la validation - un témoignage

    Sign in to follow this  

    La validation s’adresse aux personnes de 80 ans et plus qui entrent dans la désorientation suite à la conjonction de pertes et de l’incapacité à y faire face. Les pertes peuvent être physiques (lésions cérébrales et sensorielles, diminution de la mobilité), sociales (statut, rôle, être cher) ou psychologiques (tâches ou crises non résolues).

    La validation permet aux grands vieillards désorientés de communiquer verbalement ou non verbalement, quoi qu’ils aient en tête ou sur le cœur en cet instant. Ces « vieux vieux » ne parviennent plus à se protéger en niant leurs émotions, ils les expriment sans retenue pour les résoudre et ne sont plus à se comporter de manière conforme aux attentes. Si quelqu’un les écoute vraiment (empathie), souvent leurs émotions s’apaiseront. Le vieillard se sentira reconnu par une personne de confiance qui sera à son écoute. Un praticien ne doit jamais faire semblant, ni forcer les émotions, ni jamais les tourner en dérision ou les minimiser en faisant diversion ou en changeant de sujet.

    Chaque étape de la vie comporte sa tâche spécifique (référence aux étapes de la vie et leurs tâches selon Erik Erikson). En vieillissant, l’accomplissement d’une tâche dépend de la façon dont nous avons accompli les tâches des étapes précédentes. S’il est rare qu’une tâche de vie soit accomplie quand la suivante entre en scène, nous avons constamment à retourner en arrière à la recherche des pièces manquantes. La tache non terminée nous poursuit jusqu’au grand âge.

    Selon Naomi Feil, les personnes très âgées désorientées abordent l’étape finale de leur vie : l’étape de résolution (≠ état végétatif). Elles n’ont jamais atteint la réalisation, qu’Erikson nomme l’intégrité. Cette étape de résolution répond à un besoin humain de mourir en paix. Ceux qui ont atteint l’intégrité n’entrent pas dans l’étape résolutive du très grand âge, il semblerait qu’ils soient en harmonie intellectuelle mais également émotionnelle avec leur vie.

    En général, les personnes en phase de résolution évoluent au long de quatre stades : la malorientation, la confusion temporelle, les mouvements répétitifs et l’état végétatif. Chaque étape est définie à partir de critères physiques et psychologiques. Les intervenants qui s’occupent des gens arrivés en phase de résolution apprennent à reconnaitre les caractéristiques de chacune des quatre étapes et à utiliser les techniques appropriées. Ces techniques sont simples mais nécessitent d’accepter la personne désorientée telle qu’elle est et de se sentir bien à son contact.

    La pratique

    Comment accompagner une personne lorsque les mots ne sont plus présents ou lorsque les facultés cognitives ne lui permettent plus une prise de conscience ?

    C’est essentiellement cette question qui m’a amenée, en tant que psychologue, à m’intéresser à la validation. Il est vrai que dans les structures qui accueillent des personnes désorientées (EHPAD, accueil de jour, accueil temporaire, PASA, UHR…), nous rencontrons de nombreux individus qui ont des difficultés pour entrer en relation avec autrui. Pour certaines personnes, les mots ne sont plus présents et le toucher devient le moyen d’entrer en contact. Mais alors, comment toucher l’autre? Quel sens donner au toucher ?

    Aucun de mes enseignements n’a évoqué l’importance du toucher et les significations qu’il peut prendre! Il était important pour moi, par le biais de cette formation, d’oser toucher l’autre et de communiquer à travers les gestes. Cela m’a permis de donner une dimension plus importante au non verbal.

    De la même manière, comment intervenir lorsque la personne peut communiquer verbalement mais n’arrive plus à une prise de conscience? La validation n’a pas pour but de calmer la personne ni de lui permettre de prendre conscience de… C’est pour moi une approche qui permet au praticien d’être disponible pour l’autre, d’offrir une écoute particulière, d’amener un sentiment de confiance et ainsi de se laisser conduire dans l’histoire et la bulle de l’autre et ainsi le reconnaitre et le valider.

    La validation (niveau 1) m’a permis de donner davantage de sens à mes actes et d’oser approfondir certains entretiens qui se construisent au fil des gestes, de l’émotion et/ou des mots. Le terme « oser » est important pour moi. Je pense qu’il retrace une grande partie de mon parcours durant cette formation. Toujours aller de l’avant et avancer avec l’autre dans son rythme et dans ses pas !

    J’accompagne de nombreuses personnes en les validant et je pense, à l’heure actuelle, utiliser cette approche quotidiennement. Cela devient peut être une façon d’être…

    La formation

    Dix jours de formation sont répartis sur l’année (2 jours× 5 blocs). Les apports théoriques nécessaires à la compréhension et la pratique de cette approche (jeux de rôles, vidéos…) sont étudiés. Le groupe de participants rassemble différents professionnels qui travaillent auprès des personnes âgées désorientées. Cette mixité permet d’échanger et de discuter des différentes situations que nous rencontrons dans notre activité.

    Le cinquième bloc (ou module) est un test final. Il comporte une épreuve écrite sur la théorie enseignée durant les 4 modules et une évaluation de la démonstration pratique (Entretien avec une personne âgée désorientée en situation réelle, ou en vidéo)

    Exemple d’accompagnement:

    Madame T est âgée de 97 ans, elle est veuve et elle a appris dernièrement le décès de son neveu. Elle a un fils. Elle est en fauteuil roulant car elle a eu des malaises et dorénavant elle a des difficultés pour bouger les membres. Cette dame est dans le refus et elle utilise régulièrement des mots grossiers pour s’exprimer.

    Objectifs : Construire une relation de confiance. Aider Mme T. à surmonter ses pertes physiques et sociales. L’aider dans sa lutte pour exprimer ses douleurs du passé.

    Madame T. : « J’ai mal, j’ai mal. Mon pied ne fonctionne plus. Je suis tombée ce matin et j’ai mal à l’intérieur de ma jambe, à ma hanche, à mon bras, à mes pieds, partout. Je n’arrête pas de tomber, même trois fois par jour. »

    La praticienne : « C’est depuis votre chute que vous avez mal comme cela ? »

    Madame T. : « Oui. J’ai toujours mal car je tombe souvent et je tombe toujours du même côté. La douleur ne peut pas partir. Et puis on ne me met pas de pansement »

    La praticienne : « Votre douleur est à l’intérieur c’est peut-être pour cela que vous n’avez pas de pansement. C’est important pour vous d’avoir un pansement sur votre douleur ? »

    Madame T. : « Je ne sais pas… J’ai la main qui tremble. Je vais prier pour ne pas retomber parce que je suis tombée ce matin et toujours du même côté. Je n’ai rien pu faire. »

    Intervenant extérieur : « Bonjour Madame T., mais vous n’êtes pas tombée ce matin ! »

    Madame T. : « Si je suis tombée » (élévation de la voix)

    Intervenant extérieur : « Oui vous êtes tombée une fois, il y a quelques jours mais pas depuis ! »

    Madame T. : « Si je suis tombée ce matin » (colère)

    Intervenant extérieur : « Bon »

    La praticienne : « Et vous tombez tous les matins ? »

    Madame T. : « Oui, peut être, je ne sais pas »

    Madame T. : « Je ne sens plus mon pied maintenant.»

    La praticienne : « Vous ne le sentez plus. »

    Madame T. : « J’ai mal là »

    La praticienne : « Qu’est ce qui vous fait mal? »

    Madame T. : « C’est la chute »

    Le rôle du praticien est d’écouter sans juger. Il offre à la personne une possibilité d’exprimer sa douleur en maintenant une relation de confiance. Il ne s’agit pas de corriger le comportement, mais d’aider le sujet à satisfaire les besoins qu’il exprime. Il ne s’agit pas non plus de mentir à un patient, dans la mesure où l’on sait qu’à un certain niveau il connaît la vérité. WEISBECKER Alexia - Psychologue - EHPAD du GHSA - Praticienne en Validation

    Illustration vidéo - Gladys Wilson et Naomi Feil

    Sign in to follow this  


    User Feedback

    Recommended Comments



    C'est très émouvant

    Merci Dominique pour ce partage. Quelle émotion, ça m'a remise d'aplomb dans mes baskets! C'est un très très beau témoignage.

    Je crois que j'avais déjà vu pratiquer cela par des kinés qui l'enseignaient à des Aides soignants pendant le toilette d'une très vieille dame. Celle-ci qui n'était que souffrance et cris et ne supportait pas ce moment, c'était détendu incroyablement. C'est bizarre, cette méthode me semble être une évidence, pourtant absente des soins et ce, quelque soit l'âge du patient. Parce qu'il ne suffit pas d'avoir accès au langage pour communiquer réellement!

    Merci encore

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    Ah d'accord

    Après mes étudiants disent qu'ils n'ont pas le temps de faire mon travail clinique.

    Ils sont occupés à travailler pour Dominique.

    Puisque c'est comme ça je t'envoie, Dominique, les bilans en retard.

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    waouh merci pour cette présentation, pour cette vidéo et surtout sa traduction !

    J'avais déjà lu quelques trucs sur cette méthode que j'avais trouvé très intéressante mais la voir mise en action et en plus par Naomi Feil en personne, c'est beaucoup plus parlant !

    Qu'est-ce que cette dame peut communiquer quand on prend le temps de l'écouter ! c'est quand même flagrant !

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    ah ah

    Ecoute, tu peux me les envoyer Stéphane... je les ajouterai à ma pile qui atteint ses derniers temps une taille plus qu'honorable

    Merci de mutualiser tes moyens avec le pauvre psychologue que je suis... Moi, je n'ai qu'une stagiaire, depuis 2 semaines alors que toi, je suis sûr que tu as une armée avec toi !

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    "he's got the all world in his hands"..

    merci pour ce témoignage; merci pour cette intimité partagée. Quand je vois ce type de témoignage, je suis vraiment fière d'être psychologue :)

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    J'ai assistée à la conférence donnée par naomie feil (en octobre à st cannat (13)).

    C'est une femme incroyable!

    Je lis "Née en 1932": donc 78 ans!

    Elle nous a fait un show digne d'une comédienne toute la journée mi-anglais, mi-français mi-allemand (elle revenait d'allemagne)....(avec une traductrice) et tout ça debout!

    Elle ne s'est pratiquement pas assise (juste un peu pendant les pauses ou les films projetés)de la journée (8h-18h!).

    Incroyable! Un peu de théorie mais beaucoup d'exemples, de présentations de cas, et pas mal de "jeux de rôle". Elle nous a fait nous mettre en situation plusieurs fois dans la journée.

    Je connaissais déjà bien la Validation sur le plan théorique et pratique.

    (finalement, quand on lui demande pourquoi ce terme, elle l'explique comme "valorisation" "remise en valeur" de la personne âgée démente).

    Le programme de cette journée semblait très alléchant, je pensais approfondir mes connaissances de cette technique....mais malheureusement: c'était plus un show de naomie Feil (qui a toujours voulu être actrice) plutôt décousu tout au long de la journée et vraiment loin du programme de la journée tel qu'elle est "vendue".

    http://www.vfvalidation.fr/NFEIL/Programmedelajournéedétudeconférence/tabid/2254/language/fr-FR/Default.aspx

    C'est dur de critiquer une telle journée quand on sait que la théorie à la base peut être si bien et celle qui en est la fondatrice est tout simplement extra-ordinaire....

    Mais j'avoue que j'ai trouvé ça assez "commercial".

    Les pauses sont destinées à la dédicace des livres (vendus sur place).

    200 personnes (minimum) pour la plupart à 75 euros la journée + la vente des livres...Bonne journée!

    Je me suis même demandée si NF était au courant que l'institut de formation vendait un "programme de journée de formation", tellement on était loin du programme.

    ça ressemblait à une journée de "mise en bouche", pour mieux nous vendre les "vraies formations".

    On nous fait passer des documents lors de la journée qui détaille les tarifs des différents types de formations à la Validation...

    Au total, je n'ai pas appris grand chose, mais j'ai vu cette femme incroyable toute une journée, autour d'échanges (finalement basiques) sur cette technique de Validation.

    Désolée pour ce bémol, ici...

    Je critique le commerce qui s'est créé autour de cette technique, pas cette technique ni cette dame évidemment!!

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    Merci pour ton témoignage Vivi.

    Pour l'aspect commercial, je pense que c'est la vision américaine des choses et que nos cultures s'entre choquent dans ce procédé. Après, dans tous les colloques il y a des livres à vendre et 75€ pour une journée de formation, c'est peu cher au regard d'autres organismes de formation je trouve. Maintenant, si cette formation n'a consisté qu'à vendre une formation plus longue, il y a effectivement de quoi soulever le problème... C'est bien d'avoir un avis critique en tout cas !

    Je n'ai pas fait la formation, j'ai lu deux livres sur cette technique. Effectivement, elle s'avère simple dans ses fondements et il y a beaucoup de bon sens. Toutefois, le bon sens peut vite s'effacer au quotidien et dans nos structures de soins, nous le savons bien et dans ce contexte, cela ne me gêne pas que la Validation reprenne des bases de la relation à l'autre, de la communication, etc.

    Pour terminer et revenir sur le prix, nous savons bien que l'argent est le nerf de la guerre lorsqu'il s'agit de faire passer des idées. j'imagine que l'argent qu'elle engrange lui donne aussi une grande liberté de mouvement, une grande disponibilité pour communiquer autour de son projet.

    En France, nous avons souvent des idées mais peu de gens pour les faire vivre en dehors du bénévolat ;)

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    Je le réécris, je suis fan de naomie et de cette "technique".

    Peut-être même que j'aurais été prête à mettre 75 euros pour aller voir naomie Feil une journée parler de la Validation.

    Mais ce qui m'a gênée, c'est juste le programme de cette journée que l'on vend alors qu'en fait le contenu de la journée est très loin de ça.

    Je ne peux m'empêcher de "comparer" à la technique de "l'humanitude"...

    Nous sommes bien là sur des éléments qui devraient être du "bon sens", de "l'évidence", mais qui sont bonnes à rappeler.

    Le fait de les dires, les écrire, les tester, les mettre en pratique (par des jeux de rôles,...) est une très bonne chose effectivement pour le quotidien des "aidants", qui sont souvent pris dans un rythme infernal et n'ont que peu (voir pas) de temps pour penser leurs actes.

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    Mouais

    c'est beau c'est joli, ça sent un peu la bravatitude....

    et après ?

    c'est important de rappeler que les individus avec démence sont des sujets ect...

    On a surtout l'impression que c'est surtout "Naomie" qui est satisfaite d'elle-même.

    Heureusement Jésus est là !

    Et après.......

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    J'ai vu Naomie Feil il y a deux semaine. J'avoue qu'elle est incroyable. Je suis d'accord avec cette impression d'évidence, de simple bon sens, et j'avais eu la même impression quand j'ai découvert l'humanitude. Mais je ne crois pas que les choses soient si simples. Nous sommes psychologue, et sans avoir la grosse tête, il faut avoir connaissance de ce que nos études nous ont apporté. Notamment une réflexion sur l'être humain, et sur nous même. Je travaille depuis 4 ans avec les personnes âgées et ce qui relève du bon sens théorique n'est pas si simple sur le terrain. Je crois qu'un certain savoir être s'acquiert, et donc s'enseigne. L'empathie n'est pas un comportement si facile et évident face à des personnes désorientées, angoissées. Le premier réflexe est souvent de vouloir rassurer la personne ("tout va bien, ne vous inquiétez pas") ou de faire diversion ("vos enfants viennent cet après-midi") etc. Par ce biais on nie ce qu'exprime la personne (Alexia, tu me corrige si je me trompe). Il faut d'abord être au clair avec nos émotions.

    Au vu de l'enthousiasme à la fin de la journée d'étude sur la validation, il est indéniable que Naomi Feil possède un grand talent pédagogique. Et j'espère un jour avoir le même talent pour transmettre ce type d'approche aux équpe avec qui je travaille.

    • Like 2

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites

    Merci Alexia pour cette présentation très intéressante. La vidéo est vraiment parlante et illustre bien l'importance du lien humain

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites



    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.